BFMTV

Dans l'Ain, un train percute une voiture et fait deux morts

Illustration

Illustration - Philippe Huguen - AFP

A Tossiat, au sud de Bourg-en-Bresse, un train Intercités reliant Belfort à Lyon est entré en collision avec une voiture, tuant les deux personnes à l'intérieur du véhicule. L'hypothèse du franchissement illégal du passage à niveau par la voiture est envisagée.

Un homme et une femme d'une soixantaine d'années ont été tués ce dimanche dans leur voiture, percutée par un train sur un passage à niveau dans l'Ain, a fait savoir la préfecture du département. L'accident est survenu en fin d'après-midi sur la commune de Tossiat, au sud de Bourg-en-Bresse, quand un train Intercités reliant Belfort à Lyon est entré en collision avec le véhicule.

Trois des quelque 600 passagers du train ont été légèrement blessés lors du choc, qui a interrompu le trafic ferroviaire sur la ligne régionale Ambérieu-Bourg-en-Bresse. L'enquête se dirige vers un franchissement illégal du passage à niveau par la voiture.

Franchissement illégal du passage à niveau?

"Selon les premières constatations, les barrières étaient baissées, d'où l'hypothèse retenue par le directeur de cabinet. L'ensemble des constatations sont en cours sur le véhicule qui a été projeté à plus de 25 mètres, ce qui témoigne du choc violent qui a eu lieu. Alors, comme les barrières ne sont pas endommagées, est-ce-que ça veut dire qu'elles sont descendues après ou qu'elles n'étaient pas baissées? C'est notamment l'audition du conducteur du train qui fera la différence", a détaillé sur notre antenne le Colonel Yannick Bellemin-Laponnaz, commandant du groupement de gendarmes de l'Ain.

Le conducteur du train, à bord duquel se trouvait un contrôleur, est indemne mais il a été relevé et le train devrait pouvoir repartir prochainement avec un conducteur remplaçant après vérification de la sécurité des voies, a indiqué la SNCF. 

Le trafic sur la ligne ne devrait pas reprendre avant la fin de soirée mais des trains ont pu être détournés sur Mâcon ou remplacés par des autocars, l'accident n'ayant retardé que cinq ou six TER au final, a-t-on ajouté de même source. Selon le quotidien régional Le Progrès, en décembre 2007, un TGV avait percuté un convoi exceptionnel au même endroit et le chauffeur était mort.

AL avec AFP