BFMTV

Dans l'Ain, 88 maisons évacuées à cause d'un risque d'éboulement

Des rochers de 5 à 10 m3 sont tombés sur une route.

Des rochers de 5 à 10 m3 sont tombés sur une route. - Mairie de Culoz - AFP

Quatre-vingt huit maisons ont été évacuées dans la journée de mercredi à Culoz, dans l'Ain, en raison d'un risque d'éboulement de rochers. Dans la soirée, 13 restent dans le périmètre sous surveillance, tandis que 25 personnes ont dû être relogées.

Un périmètre sous surveillance est toujours en place ce mercredi soir à Culoz, dans l'Ain. Un éboulement rocheux menaçait 88 maisons, qui ont dû être évacuées, a indiqué la préfecture du département dans la journée. Dans la soirée, 13 maisons restaient dans ce périmètre et 25 personnes ont dû être relogées chez des amis ou des membres de leurs familles.

L'éboulement s'est produit vers 7 heures mercredi matin sur la RD 120 conduisant au col du Grand Colombier, a précisé la préfecture dans un communiqué. Aucune victime n'a été signalée. Les occupants des 88 maisons évacuées, soit 60 adultes et 15 enfants, ont été regroupés dans une salle des fêtes de la commune, où ils ont été pris en charge par la Croix-Rouge.

Nouvelle évacuation jeudi

"J'ai eu l'impression que c'était comme de la grêle très forte, puis il y a eu un choc fort, un bruit fort avec une vibration", a raconté à l'AFP un habitant, Hervé Cohendy, qui, le matin venu, a observé des rochers tombés "pouvant atteindre 5 à 10 m3". "Les plus gros ont rebondi dans les vignes en faisant des cratères dans les champs ou dans la route", qui était impraticable en voiture, a-t-il poursuivi. Un autre riverain, Gilles Gardoni, a lui aussi "entendu un gros bruit" au petit matin. 

"Il y a parfois des petites coulées mais jamais de cette ampleur", a ajouté cet habitant, en précisant que l'éboulement, qui a débuté vers 800 mètres d'altitude, s'était arrêté à seulement "dix ou quinze mètres" d'une maison.

De fortes précipitations, avec quelques chutes de neige, ont touché la commune d'environ 3.000 habitants, selon les deux hommes. Le préfet a activé le centre opérationnel départemental, tandis que la mairie avait mis en place un poste de commandement dès 9 heures. Le maire de Culoz a pris un arrêté interdisant l'accès aux sentiers de randonnée dans la zone.

Des moyens aériens sont mobilisés pour évaluer la situation", ajoute la préfecture. Un expert en risque naturel du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) de Lyon s'est également déplacé. Le maire de Culoz a pris un arrêté interdisant l'accès aux sentiers de randonnée dans la zone.

J.C. avec AFP et Florent Bonnard