BFMTV

Créteil: une collégienne rackettée et torturée par des adolescentes

Une collégienne a été rackettée pendant des mois par trois jeunes filles. (Photo d'illustration)

Une collégienne a été rackettée pendant des mois par trois jeunes filles. (Photo d'illustration) - AFP

Une jeune fille de 12 ans, scolarisée dans le Val-de-Marne, a été la victime d'un racket qui a duré des mois et qui s'est soldé, mardi soir, par une agression particulièrement violente. Ses trois agresseurs sont des adolescentes, âgées de 13 à 15 ans.

Brûlures de cigarettes, mâchoire déplacée, des coups sur tout le corps. C'est l'épilogue ultra-violent d'un racket qui a duré des mois, ciblant une élève de 12 ans, victime mardi d'un déferlement de brutalités à la sortie de son collège à Créteil, dans le Val-de-Marne.

Ce jour-là, les trois racketteurs, des adolescentes âgées de 13 à 15 ans, attendent leur victime à 17h30 à la sortie du collège Guyard. Armées d'un grand couteau, elles obligent la collégienne à les suivre.

"Elles m’avaient réclamé 170 euros que je ne pouvais pas leur donner", confie Sandra (son prénom a été modifié) au Parisien, qui révèle l'information ce jeudi. "Elles m'ont frappée, crachée dessus, brûlée avec leur cigarette puis fait déshabiller, ont coupé des mèches de cheveux avec le grand couteau et même uriné dessus. On a changé deux fois de lieux parce qu’elles entendaient des sirènes de police".

L'agression filmée par les bourreaux

Son calvaire, qui a duré plus d'une heure, a été filmé par les trois adolescentes. Sandra est finalement libérée après avoir été contrainte de voler de la nourriture et des boissons pour ses bourreaux. En rentrant des courses, la mère de l'adolescente tombe sur sa fille, qui ne tient à peine plus sur ses jambes.

"C’était horrible, elle était en sang, elle titubait le long du cimetière, elle avait du mal à respirer", raconte Sylviane, choquée, au quotidien régional.

Pour retrouver les trois délinquantes, les policiers de Créteil organisent un guet-apens. Sandra contacte ses agresseurs, leur faisant croire qu'elle a trouvé l'argent. Rendez-vous est pris, mais ce sont les forces de l'ordre qui cueillent la petite bande. Mercredi soir, ces dernières étaient encore en garde à vue. 

Un racket qui durait depuis décembre

L'enquête, ouverte pour extorsion de fonds en "bande organisée, torture et actes de barbarie sur mineur de moins de 15 ans", a été confiée à la sûreté territoriale. Selon Le Parisien, le couteau qui a servi pour l’agression et une matraque auraient été retrouvés chez l’une des adolescentes. Pour l'heure, aucune trace de la vidéo de l'agression n'a été retrouvée sur les réseaux sociaux.

Les parents de Sandra ne s'étaient pas doutés que leur fille était la cible d'un racket particulièrement violent depuis le mois de décembre. "On avait vu que ses affaires de marques disparaissaient, qu’il manquait de l’argent et parfois des bijoux à la maison, mais on n’a pas compris", se désole la mère de Sandra. "On s’en veut tellement d’avoir été durs avec elle alors qu’elle subissait toute cette violence". La famille a décidé de quitter la ville de Créteil définitivement.
C. P.