BFMTV

Côte-d'Or: information judiciaire ouverte après une injection mortelle d'insuline sur une fillette

La déesse de la Justice

La déesse de la Justice - LOIC VENANCE / AFP

La jeune victime était morte quatre jours après les faits, malgré une hospitalisation.

Ce mercredi, Eric Mathais, le procureur de Dijon en Côte-d'Or a annoncé l'ouverture d'une information judiciaire à l'encontre d'une mère de famille soupçonnée d'avoir injecté de l'insuline à ses deux filles, dont l'une est décédée, avant de tenter de se suicider, a-t-on appris auprès du parquet.

Le 25 novembre, dans la commune de Is-sur-Tille, une fillette de 9 ans avait appelé les secours pour signaler que sa mère et sa soeur de 6 ans étaient inconscientes à leur domicile, précise dans un communiqué le procureur.

La mère hospitalisée sous contrainte 

Les premiers éléments de l'enquête, confiée à la gendarmerie d'Is-sur-Tille, laissaient "présumer que la mère de famille, âgée de 38 ans, avait volontairement injecté de l'insuline à ses filles avec une seringue hypodermique, avant de faire la même chose sur elle-même", ajoute le procureur, qui a invité à "rester prudent sur les circonstances des faits".

La jeune soeur est décédée quatre jours plus tard à l'hôpital, tandis que son aînée a pu être sauvée.

Leur mère, hospitalisée sous contrainte, n'a pas pu être entendue par les enquêteurs en raison de son état de santé.

L'information judiciaire a été ouverte pour "empoisonnement sur mineures de (moins de) 15 ans" à l'encontre de la mère de famille, tandis qu'un juge des enfants a été saisi pour statuer sur les mesures à prendre concernant la fillette de 9 ans.

H.S. avec AFP