BFMTV

Coronavirus: un cluster à la maison d'arrêt de Mulhouse

Prison (PHOTO D'ILLUSTRATION)

Prison (PHOTO D'ILLUSTRATION) - Kenzo Tribouillard

Selon le syndicat FO Pénitentiaire, 13 cas ont été signalés dans l'établissement, aussi bien parmi les détenus que parmi les membres du personnel pénitentiaire.

La maison d'arrêt de Mulhouse dans le Haut-Rhin a été déclaré "cluster" de l'épidémie de Covid-19 par l'Agence Régionale de Santé du Grand-Est, a annoncé ce lundi Catherine Ehrlacher, la directrice de cet établissement qui accueille 356 détenus.

Les cas détectés sont "sans gravité, avec de petits symptômes ne nécessitant pas d'extraction en vue d'une hospitalisation", a tenu à rassurer la directrice. "La situation n'a rien d'inquiétant, elle est juste liée au fait que nous multiplions les tests en interne".

Les extractions de détenus suspendues

Selon le syndicat FO Pénitentiaire, 13 cas seraient signalés, aussi bien parmi les détenus que parmi les 190 membres du personnel pénitentiaire. Un cluster désigne une situation où 3 contaminations sont confirmés ou probables dans un groupe sur une période de 7 jours.

Par précaution, les extractions de détenus vers le tribunal judiciaire ont cessé, et les audiences en correctionnelles ou en comparution immédiate se sont tenues lundi en visio-conférence.

Des mesures de prévention avaient déjà été prises face à la résurgence de l'épidémie. "Le port du masque est généralisé à l'intérieur de la maison d'arrêt, alors qu'avant il n'était obligatoire que pour les parloirs, les extractions, les cours scolaires ou pour les ateliers", a souligné Catherine Ehrlacher. "Toutes activités collectives culturelles et cultuelles ont été suspendues".

Un étage réservé aux détenus si testés positifs

Au sein de la maison d'arrêt, un étage est réservé aux détenus qui doivent être confinés s'ils sont testés positifs. Les nouveaux entrants et les détenus de retour de permission sont "systématiquement" placés à l'isolement pendant 7 à 14 jours.

Avec un taux d'incidence hebdomadaire de 117,4 pour 100.000 habitants, selon les données publiées lundi par Santé Publique France, le département du Haut-Rhin n'a pas encore franchi le seuil d'alerte renforcé, contrairement au département voisin du Bas-Rhin (178,8 cas pour 100.000 habitants).

Néanmoins, la situation s'est rapidement dégradée ces derniers jours, et le taux d'incidence a été multiplié par 4 depuis le début du mois : le 1er octobre, il s'établissait à 28,7 cas pour 100.000 habitants.

Hugues Garnier avec AFP Journaliste BFMTV