BFMTV

Compiègne: deux têtes de sangliers retrouvées sur le chantier d'une association franco-turque

L'hôtel de ville de Compiègne, dans l'Oise

L'hôtel de ville de Compiègne, dans l'Oise - Idarvol/CC

L'association a porté plainte notamment pour "menaces" et "acte islamophobe".

Deux têtes de sangliers ont été retrouvées lundi par des ouvriers sur le chantier du futur siège d'une association franco-turque à Compiègne, dans l'Oise, a-t-on appris de sources policière et associative, confirmant une information du Courrier Picard. L'association, "choquée", a annoncé avoir déposé plainte pour "intrusion dans une propriété privée", "menaces" et "acte islamophobe".

"Dans notre association, nous ne parlons pas de politique. Nous sommes en France, nous sommes Français", a déclaré le président de l'association, Youssef Tuzcu. "Cela fait 35 ans que les premiers Turcs sont arrivés à Compiègne, il n'y a jamais eu de problème", a-t-il ajouté, assurant entretenir "de très bons liens avec la population, y compris avec la communauté arménienne".

"Cela fait mal au coeur car notre objectif est d'aider à l'insertion. Il y aura toujours des provocateurs, mais nous voulons faire passer un message de paix. Malheureusement, les braises tombent sur les associations. C'est dommage", a réagi Adem Ozdag, vice-président.

Tensions diplomatiques

Fondée en 1987, l'association franco-turque de Compiègne, qui compte environ 700 adhérents, propose des activités culturelles et religieuses, dont des cours de langue, du théâtre ou encore des ateliers pour les enfants.

Cet incident intervient dans un contexte de tensions diplomatiques entre la France et la Turquie, sur fond de polémiques au sujet des caricatures du prophète Mahomet, et de tensions en France entre des ultra-nationalistes turcs et la diaspora arménienne depuis le retour du conflit au Nagorny Karabakh, où se déroulent de violents combats avec les forces d'Azerbaïdjan.

Mélanie Rostagnat avec AFP Journaliste BFMTV