BFMTV
Police-Justice

Combien de victimes les accidents de ski font-ils chaque année en France?

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. - Laurent Dard- AFP

La disparition de l'acteur Gaspard Ulliel dans un accident de ski met en avant la problématique des accidents qui surviennent en montagne.

Le drame relance la problématique des risques liés aux sports de montagne. La mort à 37 ans de l'acteur Gaspard Ulliel a ému le monde de la culture, et même au delà. Le comédien était hospitalisé depuis mardi soir au CHU de Grenoble à la suite d'un accident de ski survenu en Savoie.

Sa disparition met également en avant les accidents mortels de ski, loins d'être rares, comme le révèlaient les chiffres du système national d'observation de la sécurité en montagne (SNOSM), dans un rapport émis fin 2020 sur le bilan des accidents des sports de montagne sur le domaine skiable en France entre 2009 et 2020. Selon le SNOSM, les décès traumatiques sur le domaine skiable oscillaient entre 8 et 14 morts par an, selon les années.

14 morts en 2018-2019, huit en 2019-2020

Au cours de la dernière saison considérée comme "normale" pour les stations de ski - celle de 2018/2019 - 14 morts traumatiques ont été rapportées, toutes activités confondues, sur le domaine skiable français (hors avalanche).

Au cours de l'hiver 2019-2020, l'activité des stations de sports d'hiver a été arrêté le 15 mars en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19: huit personnes sont mortes à la suite d'un trauma survenu sur le domaine skiable.

Pas de pistes skiables en 2020-2021 mais de nombreux décès

Un bilan des accidents survenus au cours de l'hiver 2020/2021 fait également état d'un grand nombre d'interventions, mais il s'agit ici principalement d'accidents mortels survenus en randonnée à skis, les remontées mécaniques étant fermées à cette époque en raison de l'épidémie.

Reste qu'entre le début décembre 2020 et la fin avril 2021, 27 accidents mortels d'avalanches ont entraîné 37 décès en France liés à la pratique du ski de randonnée.

"Le fort nombre de pratiquants (au cours de cette saison en raison de la fermeture des remontées mécaniques, NDLR) associé à des conditions nivologiques souvent délicates expliquent ces chiffres", développe le SNOSM.
Hugues Garnier Journaliste BFMTV