BFMTV

Colmar: un pharmacien soupçonné d'avoir escroqué 700.000 euros à la CPAM en falsifiant des ordonnances

Une pharmacie (image d'illustration)

Une pharmacie (image d'illustration) - Miguel Medina - AFP

Un pharmacien de Colmar a été mis en examen, soupçonné d'avoir falsifié des ordonnances pour délivrer des médicaments ou du matériel médical qu'il se faisait rembourser par la Sécurité sociale ou des mutuelles.

Depuis deux ans, ce pharmacien de Colmar avait monté une combine pour arnaquer la Sécurité sociale et diverses mutuelles. En falsifiant des ordonnances, et en délivrant des médicaments non prescrits de toute nature, que ce soit le cachet d'aspirine ou des produits plus spécifiques, ou encore du matériel médical onéreux, ce professionnel de santé a détourné pour 700.000 euros.

Tout a débuté avec une plainte de la caisse primaire d'Assurance maladie du Haut-Rhin en février 2020, qui a été alertée par les remboursements réclamés par le pharmacien entre 2017 et 2019. Pendant un an, la section économique et financière de la police judiciaire de Mulhouse, sous l'autorité du parquet de Colmar, a mené des investigations.

Falsification d'ordonnances

Les enquêteurs ont établi que le pharmacien visé par la plainte délivrait des médicaments en usant de procédés illégaux. Le gérant de l'officine falsifiait les ordonnances de ses clients, soit en ajoutant des prescriptions, soit en modifiant la date du document, soit encore en créant de toutes pièces des ordonnances. Il avait également recours abusivement au système de délivrance exceptionnelle de médicaments, lorsque l'ordonnance était périmée.

Après un an d'enquête, le pharmacien a été interpellé le 8 février dernier. Placé en garde à vue, il a reconnu avoir falsifié des ordonnances mais dans le seul but de rendre service à ses clients. Présenté devant un juge d'instruction, il a été mis en examen pour "escroquerie", "faux et usage de faux", "exercice illégal de la médecine", "mise en danger de la vie d’autrui". Il a été laissé libre, sous contrôle judiciaire, avec interdiction d’exercer la profession de pharmacien.

https://twitter.com/justinecj Justine Chevalier Journaliste police-justice BFMTV