BFMTV

Cocaïne : un laboratoire de production démantelé à Marseille

Le laboratoire contenait de quoi produire six à sept millions d'euros de cocaïne

Le laboratoire contenait de quoi produire six à sept millions d'euros de cocaïne - -

Les gendarmes, qui sont intervenus jeudi matin, on saisit 2,5 kilos de cocaïne pure et 128,5 kg de produits de coupe. Soit de quoi produire six à sept millions d'euros de cocaïne au prix de revente. Des armes lourdes ont également été trouvées.

2,5 kilos de cocaïne pure, 128,5 kg de produits de coupe (apparemment de la caféine). C'est le butin des gendarmes qui sont intervenus dans un appartement du 14e arrondissement à Marseilles, où se trouvait un laboratoire clandestin de production. Des armes lourdes et des munitions ont également été découvertes. Le locataire en titre de ce T3 inoccupé a également été placé en garde à vue.

Les gendarmes sont intervenus jeudi matin dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte depuis plusieurs semaines. Ils ont trouvé le véritable kit du parfait chimiste : un mixer, une balance, une presse hydraulique de l'éther et de l'ammoniac... Le tout au milieu des traces de poudre.

Kalachnikov, M16, fusils à pompe et à lunette...

Qualifié "d'assez rare" par le procureur de la République à Marseille, Jacques Dallest, ce démantèlement s'est accompagné de la découverte de cinq fusils d'assaut (trois Kalachnikov, un M16 et un Mathurin), deux fusils à pompe et une carabine de grande chasse avec lunette, le tout en état de marche, et de 19 kg de munitions d'armes de poing de calibres 357 Magnum, 11,43 et 9 mm.

Des armes destinées "sans doute à se protéger en cas d'attaques de gangs adverses ou d'interventions des forces de l'ordre", a indiqué Jacques Dallest lors d'une conférence de presse à la caserne de gendarmerie Beauvau.

Six à sept millions d'euros de cocaïne potentiellement saisis

Les enquêteurs ont aussi mis la main sur des blousons et des brassards de police (achetés dix euros apparemment) ainsi que des menottes (neuf euros).

"Une très belle affaire", selon le procureur, "un cadeau d'arrivée" pour le général de corps d'armée David Galtier qui vient de prendre le commandement de la région de gendarmerie Paca et de la zone de défense Sud.

Les produits retrouvés sur place pouvaient permettre de produire six à sept millions d'euros de cocaïne au prix de revente.