BFMTV

Cinq mois avec sursis pour 2.605 appels malveillants à son ex

BFMTV

Un homme de 42 ans a été condamné mercredi soir à cinq mois de prison avec sursis par le tribunal correctionnel de Bordeaux pour avoir notamment passé, entre fin août et mi-octobre, à toute heure du jour et de la nuit, quelque 2.605 appels téléphoniques et SMS à son ex-compagne.

Une peine de dix mois d'emprisonnement dont quatre avec sursis avait été requise par le vice-procureur Isabelle Gentil, qui avait souligné qu'il était "inimaginable de vivre pendant 44 jours avec 66 appels par jour".

"Je l'appelais beaucoup car je m'inquiétais, elle avait menacé de se suicider", s'est justifié le prévenu, Joszif, de nationalité roumaine, avant de concéder ne pas avoir "accepté la situation" de rupture.

Ce salarié d'une brasserie était également poursuivi pour violences volontaires en état de récidive sur la victime, Anne-Sophie.

En 2010, il avait en effet écopé d'une peine de trois mois de prison avec sursis pour avoir passé des appels malveillants réitérés à sa compagne de l'époque, et exercé des violences sur elle.

Devant le tribunal, le prévenu a accusé son ex-compagne d'être "menteuse", "hystérique" et "agressive".

"Quand la femme avec qui il vit lui échappe, il continue à asseoir son autorité par un véritablement harcèlement", a assuré l'avocate d'Anne-Sophie, Maître Sylvie Labeyrie.