BFMTV

Chute d'un arbre dans une école: le tronc était "en bonne santé", le problème venait des racines

Selon l’expert mandaté pour étudier l’état du marronnier ayant gravement blessé deux enfants jeudi, à Bessens, la base de l’arbre "ne s’est pas développée normalement au moment où il a été planté".

Vingt-quatre heures après la chute d’un arbre dans une école de Bessens, dans le Tarn-et-Garonne, le procureur de la République de Montauban, Laurent Czernik, a fait part des premières conclusions de l’enquête lors d'une conférence de presse ce vendredi. Il a notamment expliqué que, selon l’expert forestier chargé d’étudier l’état du marronnier centenaire de 12 mètres, l’arbre "était manifestement en bonne santé":

"La difficulté vient de son état racinaire. L’étude de cette partie montre que la base de l’arbre ne s’est pas développée normalement au moment où il a été planté. [...] Il a poussé en "chignonage", c’est-à-dire que ses racines ne se sont pas assez développées latéralement. Elles sont restées collées à l’arbre dans un effet de tourbillon, de sorte qu’elles exerçaient assez mal leur fonction d’ancrage au sol.”

Le procureur a cependant noté que ces racines n’étaient pas visibles: "un contrôle visuel ou un carottage du tronc n’aurait pas amené à s’interroger sur la faiblesse de cet arbre, car le tronc était en bonne santé".

Des témoins auditionnés

Laurent Czernik a précisé que les rafales de vent qui soufflaient de 50 à 60 km/h à l’heure du drame auraient entraîné la chute de l’arbre, mais qu’il ne s’agit pas "de rafales de vent extrêmement violentes" pour cette zone géographique.

Le parquet de Montauban a ouvert une enquête de flagrance pour "infraction de blessure involontaire" sur laquelle plus d’une vingtaine d’enquêteurs sont actuellement mobilisés. "Ils ont procédé à la sécurisation de cet arbre [...] et différents prélèvements ont été effectués ainsi que des carottages du sol", a indiqué le procureur.

Des auditions de témoins adultes de la scènes ont débuté et se poursuivront dans les jours qui viennent avec des personnes n’ayant pas encore été entendues, notamment les représentants de la Mairie. L’enquête devrait également se pencher sur la réglementation qui entourait le suivi sanitaire de l’arbre, de manière à savoir s’il avait été respecté.

L'arbre pesait 2 ou 3 tonnes

Le pronostic vital des deux enfants de 7 et 8 ans gravement blessés lors de la chute de l’arbre n’est plus engagé. Le procureur a cependant précisé que le premier souffrait toujours d’une compression thoracique et de la ceinture pelvienne. Le second, qui a eu "la jambe droite broyée à hauteur du genou" a quant à lui malheureusement dû être amputé.

L’incident s’est produit jeudi à l’heure de la récréation, aux alentours de 15h45, dans cette école primaire de Bessens. Les secours sont intervenus rapidement mais ont mis plus de deux heures à déloger les deux victimes à l’aide de tronçonneuses, l’arbre pesant entre "deux ou trois tonnes", selon le procureur.

Juliette Mitoyen