BFMTV

Chloé vivante : « Je suis trop heureuse », dit sa mère

Photo de Chloé Rodriguez

Photo de Chloé Rodriguez - -

La mère de Chloé a confirmé vendredi que c'est bien sa fille qui a été retrouvée vivante, dans le coffre d'une voiture en Allemagne. Elle témoigne de sa joie et de son soulagement, après 8 jours d'angoisse depuis la disparition de sa fille, vendredi dernier, à Barjac (Gard).

C’est une émotion indescriptible qui a saisi vendredi Violette Rodriguez, la maman de Chloé, quand elle a appris, d’un coup de téléphone, que c’était bien sa fille qui avait été retrouvée vivante en Allemagne, dans la matinée. La jeune fille de 15 ans a été découverte dans le coffre d'une voiture à Offenbourg, ville située à une trentaine de kilomètres au sud-est de Strasbourg, à la suite d'un accident de la circulation. On n’avait aucune trace de l’adolescente depuis sa disparition, vendredi 9 novembre, à Barjac, dans le Gard. Le conducteur de la voiture, originaire du Gard, a déjà été condamné en France, dont une fois pour agression sexuelle. Il a été interpellé par la police allemande où il était recherché pour vol.
La jeune fille, qui a été hospitalisée mais est « a priori en bonne forme », a été « formellement identifiée » grâce à sa photo qui a été transmise aux policiers allemands. Le procureur de la République a annoncé que la France allait requérir un mandat d'arrêt européen contre le kidnappeur.

« Je vais serrer ma fille dans mes bras »

« C’est bien elle, je suis trop émue, je suis trop émue », a réagi sur BFMTV Violette Rodriguez, peu après avoir appris que sa fille avait été retrouvée vivante. « Ça fait 8 jours que nous vivons un calvaire. Je peux vous dire que je vais appeler tous ceux qui nous ont aidés. Je savoure le moment. J’attends mon mari, je vais le serrer dans mes bras. Je suis trop heureuse, trop heureuse. Je vais serrer ma fille dans mes bras ».
« Je serai soulagé quand je l'aurai dans mes bras », a confié de son côté son père Jésus Rodriguez. Responsable d'une supérette à Barjac, il a remercié pour leur mobilisation les habitants de ce village médiéval de 1 400 habitants, où sa photo s'affichait sur les vitrines des commerces.
Son entourage et ses proches avaient été entendus par les enquêteurs et un important dispositif de recherches avait été mis en place autour du village de Barjac, une centaine de gendarmes, aidés par les habitants, effectuant des battues dans cette zone agricole et vallonnée du Gard. Des plongeurs des brigades nautiques d'Agde (Hérault) et du Grau du Roi (Gard) ont ensuite exploré une dizaine de zones d'eau, avant l'arrivée de spéléologues d'Oloron Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques) pour fouiller des puits de mines. Sans aucun résultat.

La Rédaction avec BFMTV