BFMTV

Cercle Concorde: une histoire mafieuse

Paul Lantieri à l'ouverture du procès du cercle Conconrde à Marseille, le 27 mai.

Paul Lantieri à l'ouverture du procès du cercle Conconrde à Marseille, le 27 mai. - -

Retour sur l'histoire du cercle Concorde, dont le procès s'ouvre lundi à Marseille. Mafia corse, assassinats, cavale... le procès réunit tous les ingrédients d'un bon film policier.

Le procès du cercle de jeux parisien Concorde s'est ouvert lundi à Marseille sur un coup de théâtre, Paul Lantieri, l'un des principaux prévenus, en cavale depuis 2007, s'est présenté au procès. Il a été placé en détention par le tribunal.

Retour sur une affaire qui remonte à 2006 et réunit tous les ingrédients d'un bon polar: règlements de compte, pègre corso-marseillaise et gros sous.

Triple assassinat

Tout commence à l'été 2006, quand la police découvre que Lantieri, gérant de "La Rotonde" une brasserie très courue d'Aix-en-Provence, et natif de Bastia, est impliqué dans les suites d'un triple assassinat survenu au bar des Marronniers à Marseille en avril de la même année: il a aidé l'un de ses auteurs, Ange-Toussaint Federici, dit "ATF", à soigner une blessure.

Or à l'époque, Lantieri, dont l'établissement à Aix et le train de vie sont déjà dans le collimateur de la justice, investit beaucoup d'argent dans un restaurant attenant au Cercle Concorde à Paris, "Le Rich", avec un banquier genevois, François Rouge, son associé depuis 2000 dans la société suisse Sextius.

En janvier 2007, deux mois après l'inauguration, très mondaine, de l'établissement de jeux, Lantieri est arrêté en même temps que Federici pour l'affaire des Marronniers. Lantieri est relâché mais des perquisitions révèlent l'ampleur de sa surface financière et ses liens avec un des parrains présumés de la pègre corso-marseillaise, Dominique Venturi, dit "Nick", partenaire occulte de Sextius.

"Marlon Brando dans Le Parrain"

Des écoutes téléphoniques indiquent surtout que le Concorde, que ses statuts associatifs vouent sur le papier à "promouvoir l'idéal républicain", servirait à blanchir de l'argent illicite, tout en alimentant de sombres querelles entre certains "membres bienfaiteurs" pas toujours avouables.

Fermé en 1988 sur les Champs-Elysées, le cercle avait été relancé rue Cadet, entre 2004 et 2006, par des proches de Lantieri associés à Edmond Raffali, son ancien directeur. Bénéficiant alors, au vu du flou qui l'entourait, d'une "tolérance administrative accablante" de la part du ministère de l'Intérieur, selon les juges.

Mais rapidement, l'ambiance s'envenime entre Lantieri et Raffali - "je veux savoir ce qu'il y a comme argent et où il part", s'emporte un jour ce dernier - qui en appellent au printemps 2007 à l'arbitrage de leurs financeurs clandestins: Roland Cassone, décrit dans le dossier comme un "vieux monsieur" qui "fait penser à Marlon Brando dans Le Parrain"; Marcel Ciappa, "recouvreur de créances"; Jean-François Federici, frère d'"ATF", et Jacques Buttafoghi, deux membres de la bande corse dite de la Plaine orientale, alors en plein essor.

Ces derniers s'allient au clan Raffali tandis que dans l'autre camp, le banquier François Rouge fait appel, pour défendre ses intérêts, un certain "Mario", un consultant en affaires africaines que lui recommande l'ex-gendarme Paul Barril, contacté via l'avocat Jacques Vergès.

Tué au fusil de chasse

Au final, le rapport de forces profite au clan Federici qui fait main basse sur le Cercle - où il avait déjà mis un pied via une société de sécurité que l'on retrouvera au Wagram - et en exclut Lantieri - "qu'il arrête maintenant, sinon on ne va plus être fâchés, on va être ennemis", lui fait dire un jour Buttafoghi.

Mais à l'automne 2007, après la mort de Ciappa tué au fusil de chasse dans une clinique d'Aubagne, les jeux sont faits: le Concorde est fermé; les arrestations, dont celles de Cassone et Barril, font du bruit. Lantieri, prévenu par Rouge manifestement bien renseigné, échappe au coup de filet.

Depuis, Venturi et Raffali pères sont décédés, Buttafoghi a été assassiné en Corse et Jean-François Federici est en cavale pour une autre affaire. La présence au procès de Paul Barril - son audition est prévue le 10 juin - est incertaine selon son avocate.