BFMTV

"C'était une vraie momie", témoigne le garagiste qui a sauvé Serena

Denis Latour a découvert Serena, une petite fille de deux ans, dans le coffre du véhicule de la mère de l'enfant.

Denis Latour a découvert Serena, une petite fille de deux ans, dans le coffre du véhicule de la mère de l'enfant. - Capture BFMTV

Le 25 octobre 2013, Denis Latour et l'un de ses employés ont découvert une petite fille de 2 ans que sa mère faisait vivre dans le coffre de sa voiture. Cette dernière est jugée à partir de ce lundi par la cour d'assises de Corrèze.

"Dès qu’on ouvre une porte de voiture, on a cette image qui revient sans arrêt." C'est une histoire à laquelle Denis Latour, gérant du garage Etape Auto à Terrasson, et son employé Guillaume Iguacel-Lisa, repensent chaque jour. Ce fameux 25 octobre 2013, ils vont découvrir une fillette dans le coffre d'un véhicule qu'on venait de leur confier. La mère de l'enfant est jugée à partir de ce lundi par la cour d'assises de Corrèzes pour "violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente sur mineur de 15 ans" et "privation d'aliments".

"Odeur d'ammoniaque"

Il y a cinq ans, Rosa Maria Da Cruz amène sa voiture dans ce garage situé à une dizaine de kilomètres de son domicile. "La cliente elle est venue pour une petite intervention sur son véhicule", raconte à BFMTV Denis Latour. "Elle a demandé au chef d’atelier si le problème nécessitait d’ouvrir le coffre." La panne est minime, presque inexistante, reconnaît le professionnel. A peine l'employé commence à s'affairer autour de la voiture qu'il se rend compte que quelque chose ne va pas. Il est obligé de faire plusieurs pauses pour respirer de l'air frais.

"Mon collègue, il a ouvert la porte, il est rentré dedans et en rentrant il y avait une odeur d’ammoniaque, de pipi. Il est sorti plusieurs fois. A un moment donné, il a entendu des petites paroles, il ne savait pas ce que c’était", poursuit le gérant.

A cette odeur nauséabonde s'ajoutent des petits bruits provenant du coffre. La propriétaire de la voiture, restée le temps de la préparation, répond que le son doit provenir d'un jouet de l'un de ses enfants. L'employé est intrigué et va en parler à son patron. Les deux hommes décident alors d'ouvrir le coffre. L'un occupe la mère, tandis que l'autre contourne le véhicule. "Elle était à côté de nous quand on a ouvert le coffre", témoigne Guillaume Iguacel-Lisa. "On a ouvert sans attirer son attention."

"Une vraie momie"

De l'habitacle, une odeur d'"abattoir" en ressort. A l'intérieur, le garagiste découvre un enfant, nu. "Il y avait une poubelle, une couverture, c’était vraiment atroce", se souvient Denis Latour. Rosa Maria Da Cruz, elle, reste, sans réaction, continuant à fumer sa cigarette tout en arpentant la cour du garage. "J'ai demandé comment elle s'appelait. Elle m'a dit 'Serena', déjà elle lui avait attribué un prénom", explique encore le gérant.

Face aux enquêteurs, la mère de la fillette a toujours expliqué l'avoir mise dans sa voiture pour qu'elle soit découverte. Le garagiste, lui, se souvient surtout que la petite fille suffoquait. "Les pompiers nous ont dit que si on avait pas découvert le bébé, 20-30 minutes plus tard, le bébé n’aurait plus été en vie", poursuit-il. L'enfant est en souffrance, mais la mère demande à Denis Latour de la sortir du coffre. Ce qu'il refuse. Accusant un retard de croissance, elle souffre désormais d'autisme.

"Quand elle l’a pris dans ses bras, c’était une vraie momie. Les bras, les jambes, tout tombait. Elle ne tenait pas sa tête", souffle-t-il, décrivant la couleur marronâtre du lait dans le biberon et la noirceur de son couffin.

Justine Chevalier avec Cécile Ollivier