BFMTV

Brétigny: deux défaillances à l'origine du drame selon le rapport du BEA

Le train Téoz 3657 Intercités Paris-Limoges, qui a déraillé le 12 juillet à Brétigny-sur-Orge, dans l'Essonne.

Le train Téoz 3657 Intercités Paris-Limoges, qui a déraillé le 12 juillet à Brétigny-sur-Orge, dans l'Essonne. - -

Ce premier rapport d'étape, qui reste à approfondir et compléter, a vocation à être transmis à la justice. Il est accablant pour la SNCF et Réseau ferré de France.

Sans surprise, le rapport d'experts présenté ce vendredi matin est accablant pour la SNCF et Réseau ferré de France (RFF). Ce premier rapport du Bureau d'enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) sur la catastrophe de Brétigny, qui a fait sept morts le 12 juillet 2013, ne fait pas état de défaut de maintenance, mais pointe deux défaillances: la qualité des tournées visuelles de surveillance et le boulonnage sur les voies.

Deux défaillances

Selon le BEA, "la moindre attention accordée aux anomalies affectant la boulonnerie par rapport à d'autres défauts des appareils de voie qui sont considérés comme plus critiques (...) a pu contribuer à ce que (l'absence de l'un des boulons) ne soit pas détectée".

C'est la fissuration d'un rail qui est à l'origine de l'accident. Située au cœur du rail, cette fissuration s'était développée depuis plusieurs mois, "jusqu'à ce qu'un morceau s'en un morceau s'en détache, entraînant des efforts anormaux dans le troisième boulon du joint éclissé considéré. Sous ces efforts, la tête de ce boulon a rompu".

Rapport transmis à la justice

Le BEA précise que tous les défauts n'étaient pas détectables à l'oeil nu, et met en cause à la fois la fiabilité des tournées visuelles de surveillance, notamment pour tous les boulons, mais aussi la robustesse de ces éléments boulonnés entre eux, à savoir la qualité du montage et la maintenance.

Le BEA, qui a également vocation à émettre des recommandations, préconise donc l'amélioration des ces différents points. En effet cette enquête, comme celle menée par la SNCF, souligne que trois des quatre boulons qui maintenaient une éclisse (sorte d'agrafe métallique qui relie deux rails dans un aiguillage) étaient manquants, et que l'éclisse a pivoté autour du quatrième boulon. Une tournée de surveillance, huit jours avant l'accident, n'avait pas détecté d'anomalie.

Ces premières constatations des enquêteurs techniques du BEA-TT restent à approfondir et compléter, en particulier avec le résultat de l'expertise métallurgique en cours, diligentée dans le cadre de l'enquête judiciaire, menée en parallèle par des juges d'instruction d'Evry. Ce premier rapport d'étape a vocation à être transmis à la justice, et sera publié sur le site internet du BEA-TT.

Ci-dessous, le rapport du BEA-TT rendu public ce vendredi:

Brétigny : Résumé du rapport du BEA-TT (Janvier 2014) publié par Fil_actu

C.P. avec AFP