BFMTV

Braconnier condamné à visionner "Bambi": une telle peine est-elle possible en France?

Une image du film "Bambi".

Une image du film "Bambi". - Disney

Un braconnier américain a récemment été condamné par un juge à visionner régulièrement Bambi, le classique de Disney, qui relate la vie d'un faon dont la mère est tuée par un chasseur.

Pourrait-on voir ce genre de condamnation de notre côté de l'Atlantique? Aux Etats-Unis, un juge de l'Etat du Missouri a condamné un braconnier multirécidiviste à visionner régulièrement Bambi, le célèbre dessin animé de Walt Disney qui raconte la vie d'un faon dont la mère est tuée par un chasseur.

David Berry, qui est soupçonné d'avoir tué des centaines de cervidés en trois ans avec deux membres de sa famille, devra obligatoirement regarder le long-métrage d'animation au moins une fois par mois durant sa peine d'un an de prison. Le premier visionnage du film doit nécessairement intervenir avant le 23 décembre 2018. L'enquête qui a mené à cette condamnation a été officiellement qualifiée comme "l'une des plus importantes menée dans le Missouri en matière de braconnage". 

Un type de peine impossible en France

Cette peine pour le moins inattendue, mais visiblement possible en droit américain, est-elle imaginable en France? Non, selon une magistrate contactée par BFMTV, qui explique qu'il est impossible de prononcer ce genre de condamnation dans l'Hexagone.

En droit français, les travaux d'intérêt général se font au bénéfice de l'intérêt général, ce qui implique qu'ils n'envisagent pas de tâche personnelle. Ces travaux s'effectuent donc seulement au sein d'une association, d'une collectivité publique, d'une structure hospitalière ou encore dans une école. 

En outre, si des obligations de soins, de travail, de formation, peuvent être prononcées pour être appliquées pendant la période d'incarcération, ce genre d'obligation à visionner un film n'est pas prévu par la loi.

Justine Chevalier avec Adrienne Sigel