BFMTV

Bouches-du-Rhône: un corps sans tête retrouvé à Tarascon, le suspect abattu

Illustration police BFMTV.

Illustration police BFMTV. - BFMTV

La victime pourrait être un mineur de 13 ans, déclaré en fugue deux jours plus tôt d'un foyer à Marseille.

Un corps en partie démembré a été retrouvé ce dimanche à Tarascon, dans les Bouches-du-Rhône. Vers 23 heures, la police avait reçu l'appel d'un homme leur expliquant avoir vu un corps humain dans un sac, à l'intérieur d'une villa.

Sur place, le propriétaire des lieux âgé de 32 ans est absent.

La victime pourrait être un mineur en fugue

En pénétrant dans la villa, les policiers retrouvent un sac, contenant un corps sans tête et dont il manque un bras, scié, a appris BFMTV. La tête est retrouvée un peu plus loin dans la maison, dans un sceau. Des objets sataniques ont également été retrouvés dans la villa.

La victime pourrait être un mineur de 13 ans, déclaré en fugue deux jours plus tôt d'un foyer à Marseille. "Le corps retrouvé peut correspondre à celui de ce mineur", a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Tarascon.

Des "traces d'érosion" -lambeaux de chair arrachés- ont été constatées sur le cadavre, notamment au niveau d'une épaule mais il est "impossible dans l'état actuel des faits de confirmer l'hypothèse de l'anthropophagie", a souligné le procureur.

Un suspect abattu

Après la découverte du corps, le signalement du propriétaire des lieux a été diffusé à grande échelle. Vers 3 heures du matin un individu est repéré à Arles. Ce dernier tente alors de prendre la fuite. Un adjoint de sécurité fait feu, l'homme meurt sur le coup.

L'individu, connu pour des "troubles psychiatriques" avait déjà été condamné pour des faits de violences. Selon les informations de BFM Marseille Provence, cet individu avait été interpellé samedi pour des tapages nocturnes.

L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Marseille pour l'homicide, et à l'IGPN pour le tir par l'adjoint de sécurité. La police scientifique est toujours sur place pour effectuer des prélèvements.

Alexandra Gonzalez, Julian Mancini et Alicia Foricher