BFMTV

Bordeaux: une manifestation pour enfants annulée après des violences de forains

Un exemple d'installation gonflable proposée par le parc itinérant Loisirsland.

Un exemple d'installation gonflable proposée par le parc itinérant Loisirsland. - -

Le parc itinérant de Loisirsland a décidé d'annuler une manifestation destinée aux enfants et prévue près de Bordeaux, après la dégradation de matériel par des forains en colère.

Le parc des expositions de Bordeaux a renoncé à accueillir son site Loisirsland, parc de loisirs itinérant pour enfants, après l'intervention musclée de plusieurs dizaines de forains qui ont dégradé du matériel. Ces derniers étaient furieux de la concurrence supposée que l'événement faisait à leur foire, organisée au centre-ville, a-t-on appris mardi de sources concordantes.

Le personnel de la société organisatrice menacé

Dès lundi matin, une centaine de forains avaient fracturé une barrière du parc des expositions, pris les clefs de camions de la société Paisnel, organisatrice de l'événement et menacé son personnel, a relaté la directrice du site, Joëlle Loiret.

Cette dernière a alors expliqué aux forains qu'une réunion était prévue lundi soir pour tenter de trouver un compromis entre les commerçants de la Foire aux plaisirs, qui se tient place des Quinquonces du 1er au 24 mars, et Loisirsland, offrant essentiellement des attractions gonflables pour les moins de 12 ans, qui devait se tenir du 6 au 15 mars.

"J'ai stoppé le montage pour qu'ils se calment", a-t-elle ajouté, tout en précisant que les forains ont de leur côté décidé de laisser quatre personnes dans les locaux pour s'assurer que rien n'était monté.

La conciliation échoue

La réunion de conciliation organisée entre 18 heures et 19 heures en présence de l'adjoint au maire Jean-Charles Bron et de représentants de la branche foraine du Cidunati (syndicat patronal des entreprises indépendantes) et de Paisnel, a échoué. "Nous avons tout essayé", a-t-elle déclaré, ajoutant que pendant ce temps un groupe d'une cinquantaine de personnes avait une nouvelle fois pénétré dans les locaux et commencé à s'en prendre au matériel.

La directrice a confirmé le récit de Sud Ouest, qui a révélé l'information: bris de matériel, simulateurs de jeux vidéo à terre, coups de cutter dans les structures gonflables. Pendant ce temps, a encore raconté la responsable, les collaborateurs de l'entreprise Paisnel ont dû être "isolés dans une pièce", à la suite de menaces.

Manifestation annulée et plaintes bientôt déposées

Vers 19h30, la directrice a alors annoncé qu'elle renonçait à la manifestation. La police est arrivée sur place et les casseurs se sont dispersés.

"Une enquête est en cours", a déclaré une source policière, confirmant que des "dégradations importantes" avaient été commises, sans évoquer d'interpellation. Plusieurs plaintes devraient être déposées notamment pour dégradation et entrave à la liberté de commerce.