BFMTV

Bobigny: dans l'enfer du tribunal de grande instance

Magistrats, greffiers et avocats sont mobilisés ce lundi à Bobigny pour dénoncer le manque de moyens du tribunal de grande instance (TGI). Le deuxième plus grand de France, mais le plus engorgé.

A Bobigny, en Seine-Saint-Denis, le TGI est au bord de l'asphyxie. Le plus important tribunal de France après celui de Paris est surtout le plus encombré. Or, les moyens font considérablement défaut, notamment en termes de personnel. Il manque ainsi 24 juges et 6 procureurs pour le bon fonctionnement du TGI. Conséquence directe: des délais à rallonge pour les procès. Il faut ainsi 14 mois pour juger un simple divorce.

20% des audiences annulées chaque mois

Magistrats, greffiers et avocats sont mobilisés à Bobigny, ce lundi, pour dénoncer ce manque d'effectifs. "C'est vraiment une catastrophe pour les justiciables de ce département. C'est très injuste par ailleurs par rapport aux Parisiens qui dans la même situation sont convoqués en trois mois. Il y a un énorme problème de gestion, et de sous-estimation de cette juridiction par les autorités", fait valoir Stéphane Campana, bâtonnier du barreau de Seine-Saint-Denis, au micro de BFMTV. 

Alors que la délinquance explose dans le département, des centaines de dossiers se retrouvent hors délai. "Il y a des retards si importants que des peines sont prescrites et ne seront pas exécutées", explique ainsi Cyril Papon, greffier et membre de la CGT Chancellerie. 

Le ministère de la Justice promet des renforts d'ici à la fin de l'année. En attendant, faute de magistrats, 20% des audiences sont annulées chaque mois.

>> Retrouvez le reportage complet de BFMTV ce lundi soir dans Grand angle à 22h40 et 23h40

A.S. avec Antoine Heulard et Quentin Baulier