BFMTV

Blois: ils escroquent les commerçants de la braderie avant d'être arrêtés à la table d'un café

Les escrocs étaient restés sur la commune de Blois où ils s'étaient installés dans une brasserie.

Les escrocs étaient restés sur la commune de Blois où ils s'étaient installés dans une brasserie. - AFP

Un couple originaire de La Baule a été interpellé samedi après avoir escroqué neuf commerçants, en payant leurs achats avec des chèques photocopiés.

Avec l'habitude, ils avaient acquis une certaine confiance en leur méthode. Peut-être trop. Un couple, originaire de la Baule, a été interpellé samedi à Blois, dans le Loir-et-Cher, après avoir escroqué neuf commerçants de la ville lors de la braderie qui se tenait ce jour-là en leur remettant des chèques photocopiés, a appris BFMTV.com.

Samedi, les deux individus âgés de 48 ans, en provenance de la Loire-Atlantique, ont profité de la braderie organisée dans le centre-ville par les commerçants pour régler leurs achats avec des chèques photocopiés. 360 euros chez l'un, 400 chez l'autre, encore 640 euros chez un troisième... au total neuf commerçants ont été bernés pour un préjudice total de 2.500 euros dépensés dans des vêtements, du parfum ou des produits d'hygiène. 

Préjudice global conséquent

Mais rapidement les marchands se rendent compte de la supercherie en discutant entre eux dans l'après-midi. Blois est une petite ville, la présence du couple dépensier intrigue. Les commerçants vont découvrir que les chèques distribués portent tous le même numéro avant même de s'apercevoir que ce sont des photocopies "de bonne facture", confirme une source policière. Ils n'auront pas loin à chercher. 

Le couple, "tellement serein", s'était attablé à une brasserie. Les policiers, prévenus par les commerçants, n'avaient plus qu'a les cueillir. Leurs achats ont eux été retrouvés dans leur véhicule. Placés en garde à vue, l'homme et la femme ont été présentés lundi soir à un juge des libertés et de la détention. Le parquet a requis leur placement en détention provisoire. Car le couple, en situation financière très précaire, va être expulsé de son logement.

Une information judiciaire pour "escroquerie" va être ouverte. Conscient de leur précarité, la femme avait ouvert le compte bancaire dont dépendait le chéquier au nom de sa soeur, ont découvert les policiers de la sûreté urbaine. Après avoir épuisé une bonne partie du carnet de chèque, le couple avait pensé à photocopier un des chèques. Pour le moment, un des coupons a été utilisé à Saint-Nazaire. Reste à retrouver les "vrais" chèques utilisés sans provision ainsi que les nombreuses photocopies. Pour l'heure indéfini, le préjudice global s'annonce conséquent.

Justine Chevalier