BFMTV

Blois: des violences urbaines éclatent après un accident de la route

Les faits se sont produits dans la soirée du mardi 16 mars et ont pris fin mercredi vers 1 heure du matin.

Les circonstances sont encore confuses. De vives tensions ont éclaté ce mardi soir dans les quartiers nord de Blois (Loir-et-Cher), suivies de violences. Du mobilier urbain ainsi que des véhicules ont été dégradés. Un supermarché ainsi qu'une crèche ont également été pris pour cible.

Les faits se sont produits après un grave accident de la circulation, survenu en fin de journée peu avant 19 heures. Quatre personnes ont été blessées, dont deux jeunes se trouvant en urgence absolue.

Refus d'obtempérer

Selon nos informations, confirmant celles de La Nouvelle République, le chauffeur de l'une des trois voitures impliquées dans la collision aurait refusé d'obtempérer lors d'un contrôle et grillé un feu rouge. Un accident s'est ensuite produit, et le conducteur récalcitrant a pris la fuite à pied.

Dans le véhicule du conducteur en fuite se trouvent alors deux autres individus, l'un âgé d'une quinzaine d'années et l'autre de 18 ans. Le premier est grièvement blessé. Ils ont tous deux été transportés à l'hôpital. Les conductrices des véhicules percutés, légèrement blessées, ont également été prises en charge.

Les violences sont intervenues plus tard. Peu après l'accident, de nombreuses personnes s'étaient amassées autour des lieux et aucun incident n'avait été à déplorer lors de la prise en charge des blessés et l'évacuation des véhicules, selon La Nouvelle République.

Départs de feu

Selon des sources concordantes à BFMTV, des barricades sont ensuite dressées, et les forces de l'ordre sont visées par des tirs de mortiers d'artifice et des projectiles. Des véhicules sont incendiés. Un supermarché est pillé, et des individus tentent d'entrer dans une crèche.

Aux alentours de 23 heures, un chariot d'une station-service Avia est enflammé. Peu après, le conducteur d'un camion de livraison est délogé de l'habitacle et son véhicule lancé à pleine vitesse sur les forces de l'ordre, selon l'Agence France-Presse (AFP). Ces dernières tirent alors une quinzaine de cartouches et le conducteur s'éjecte du camion, qui termine sa course dans un bosquet.

Les violences ont pris fin à 1 heure du matin, après la venue en renfort de deux escadrons de gendarmerie, d'un hélicoptère, d'une antenne GIGN et de 50 gendarmes départementaux. Six équipages de brigades anticriminalité (BAC) ont également été déployés.

"Cette nuit, j'ai été avisé qu'un individu avait refusé d'obtempérer et avait occasionné un accident grave, occasionnant quatre blessés dont deux sérieusement, alors qu'il tentait de prendre la fuite. Les jeunes se sont regroupés à proximité de l'accident, ont commencé à dégrader, en mettant le feu un petit peu partout", a déclaré sur BFMTV ce mardi matin Thierry Pain, secrétaire national délégué Centre-Val de Loire Unité SGP Police FO.

Conférence de presse attendue ce mercredi

Le préfet du Loir-et-Cher s'est rendu sur place mardi soir. Il a demandé des renforts. Un hélicoptère de la gendarmerie a été déployé.

"On fait face à un dispositif de violences urbaines. Quelques véhicules ont été brûlés et un incendie a démarré sur le côté du magasin Aldi. Les feux sont calmés", a déclaré le représentant de l'État, François Pesneau, cité par La Nouvelle République dans un deuxième article.

Le parquet de Blois a ouvert une enquête. Les investigations ont été confiées à la Sûreté territoriale et la police judiciaire. L'AFP indique qu'une conférence de presse du procureur de la République et du préfet doit se tenir dans la journée. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a suivi la situation de près, selon son entourage.

Mélanie Vecchio avec Clarisse Martin