BFMTV
Police-Justice

Béziers: un couple échangiste victime d'une mauvaise rencontre?

Le service régional de police judiciaire (SRPJ) a été chargé de l’enquête.

Le service régional de police judiciaire (SRPJ) a été chargé de l’enquête. - Joël Saget - AFP

L’appartement d’un couple biterrois a pris feu le 7 fevrier dernier. Les deux occupants n’ont plus donné signe de vie depuis le sinistre. Un corps seul corps a été retrouvé sur place, jeudi dernier.

Un corps en décomposition - vraisemblablement celui d’une femme - a été découvert jeudi dernier à Béziers dans l’appartement incendié d’un couple, rapporte La Dépêche du Midi ce jeudi. Le feu avait pris dans la nuit du 6 au 7 février, ravageant l’appartement de Nathalie S. et Franck C. Les pompiers intervenant sur place n’avaient alors pas trouvé trace des deux occupants. Seul le cadavre calciné de leur chat avait été retrouvé au milieu sous les décombres. 

Les proches se mobilisent sur Facebook 

Et le couple n’a plus donné signe de vie depuis le sinistre. Aucune activité n’a été enregistrée sur leurs comptes bancaires et leurs téléphones. Sans nouvelles d’eux, des amis ont créé une page Facebook, "SOS Disparus" pour recueillir des témoignages et tenter de percer le mystère autour de leur disparition. Et certains de leurs proches de craindre que ce couple échangiste ait pu faire une "mauvaise rencontre", selon des propos recueillis par Midi Libre

Ce sont des ouvriers chargés de la rénovation de la maison incendiée qui ont découvert la semaine dernière un corps particulièrement abîmé dans la salle de bain, alors qu’ils évacuaient des gravats. Une découverte qui intervient soixante-huit jours après incendie.

Un seul corps retrouvé

Une autopsie devait être pratiquée mercredi, indique Midi Libre, afin de savoir s’il s’agit du corps de Nathalie S. ou de quelqu’un d’autre, et si la mort est due à l’incendie. Reste que personne ne sait ce qu'est devenu Franck C. "Il n'y avait personne sous les décombres qui ont été fouillés par nos soins, la nuit même de l'incendie", ont assuré les pompiers au quotidien régional.

La brigade criminelle du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Montpellier a été chargée de l’enquête.

V.R.