BFMTV

Béziers: deux policiers sauvent une mère et son enfant d'un incendie

(image d'illustration)

(image d'illustration) - AFP

Deux policiers ont secouru une femme et son enfant de deux ans pris au piège par un incendie qui sévissait dans un immeuble d'habitation de Béziers.

Ils disent ne pas avoir réfléchi. Deux policiers sont intervenus, avant l'arrivée des pompiers, mardi matin lors d'un incendie pour secourir une femme et son enfant pris au piège dans leur appartement. Les faits se sont déroulés vers 8h45 dans un immeuble de la rue Albert-1er à Béziers.

L'équipage de police-secours patrouillait dans cette zone quand ils ont vu des gens affolés dans la rue. La foule leur indique qu'un incendie s'est déclaré dans l'immeuble et que des habitants se trouvent encore à l'intérieur du bâtiment. "Nous sommes montés au 3e étage, puis nous nous sommes accroupis, il y avait une fumée dense, la porte d'entrée était verrouillée, nous l'avons défoncée à coup de pieds", raconte le policier qui est intervenu avec son collègue.

La mère et son enfant pris en charge et hospitalisés

"Nous avons entendu du bruit derrière une autre porte, celle-ci n'était pas verrouillée, nous sommes entrés et nous avons vu au milieu de la pièce, débout, une femme et un enfant, poursuit le fonctionnaire. Je ne peux même pas vous dire comment elles se comportaient, on les a pris par le bras et on est redescendus."

Arrivés en bas, les deux policiers entendent qu'il pourrait y avoir d'autres enfants coincés dans l'immeuble touché par cet incendie, a priori d'origine accidentelle. "On est remontés", dit encore l'agent. Il n'y avait finalement plus personne dans le bâtiment. La mère de famille et son enfant âgé de deux ans ont été pris en charge par les pompiers et hospitalisés. Les deux policiers ont eux aussi été examinés et ont subi plusieurs examens de santé.

"C'est la première fois que j'étais confronté à cette situation, explique le policier qui exerce depuis 17 ans. On ne savait pas ce qu'il se passait, on ne savait pas à quoi c'était dû, on a foncé, on n'a pas réfléchi."
Justine Chevalier