BFMTV

Bettencourt : les préparatifs s'intensifient pour l'audition de Sarkozy

Nicolas Sarkozy pourrait être convoqué ce vendredi à Bordeaux, dans le cadre de l'affaire Bettencourt.

Nicolas Sarkozy pourrait être convoqué ce vendredi à Bordeaux, dans le cadre de l'affaire Bettencourt. - -

Les préparatifs s'intensifient mercredi au Palais de Justice de Bordeaux, en vue de la convocation prochaine de l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy.

Maître Thierry Herzog, avocat de Nicolas Sarkozy a fait un nouveau déplacement, la semaine dernière à Bordeaux, signe que les préparatifs s'intensifient au Palais de Justice de Bordeaux, en vue de la convocation ce jeudi de l'ancien président de la République, dans le cadre de l'affaire Bettencourt.

Me Herzog, qui s'était déjà déplacé une semaine plus tôt pour consulter le dossier pour son client -une factulté réservée aux avocats des personnes convoquées soit comme témoin assisté, soit en vue d'une mise en examen-, a été vu arrivant par la porte des juges d'instruction, avant d'en ressortir une heure et demie plus tard pour s'engouffrer dans un taxi avec une collaboratrice.

Nicolas Sarkozy convoqué jeudi

Convoqué jeudi, il n'est pas certain que Nicolas Sarkozy sortira de son audition à Bordeaux comme mis en examen, selon des sources concordantes. Il pourrait être placé sous le statut de "témoin assisté" d'un avocat, beaucoup moins lourd.

L'entourage de Nicolas Sarkozy n'a fait "aucun commentaire" à propos de sa convocation.

Coïncidences de dates

Le juge Jean-Michel Gentil et ses deux collègues souhaitent entendre Nicolas Sarkozy dans le dossier Bettencourt pour vérifier si certains des sept rapatriements en liquide d'argent des Bettencourt depuis la Suisse, ordonnés par l'homme de confiance des milliardaires Patrice de Maistre de 2007 à 2009, pour un montant total de 4 millions d'euros, ont pu être faits à son bénéfice pour la campagne présidentielle de 2007, ou à sa demande pour d'autres personnalités de l'UMP.

Les agendas saisis chez l'ancien président, ou chez d'autres protagonistes du dossier, révèlent en effet des coïncidences de dates potentiellement intéressantes, soit avec des rapatriements d'argent par Patrice de Maistre, soit avec des rencontres avec des acteurs du dossier, comme Philippe Courroye, procureur de Nanterre en charge des affaires Bettencourt jusqu'à novembre 2010 avant le dépaysement du dossier à Bordeaux.