BFMTV

Besançon: 58 kilos d'héroïne saisis dans un appartement

L'argent de la drogue était blanchi dans des commerces ou dépensé dans un train de vie luxueux.

L'argent de la drogue était blanchi dans des commerces ou dépensé dans un train de vie luxueux. - John Moore - AFP

La police judiciaire de Besançon a démantelé un vaste réseau de drogue. Au total, une dizaine de personnes ont été interpellées.

La drogue provenait des Pays-Bas et arrivait par convois go-fast. La police judiciaire de Besançon, dans le Doubs, vient de démanteler une grosse partie d'un réseau de trafic de stupéfiants qui sévissait sur l'ensemble de la Franche-Comté, a appris BFMTV.com. Au total, sept personnes ont été interpellées et 58 kilos d'héroïne ont été saisis dans un appartement. 

L'enquête débute en 2013 et vise des individus dans une zone de sécurité prioritaire (ZSP), la Petite Hollande, à Montbéliard. Les investigations portent sur un trafic de drogue mais aussi sur du blanchiment d'argent, dans des commerces, mais aussi par l'achat de jeux à gratter. Très bien connus des services de police, confirme le commandant Régis Millet, les suspects, âgés de 30 à 35 ans, mènent un train de vie luxueux, allant dépenser 300.000 euros au casino.

1,5 million d'euros

A la fin de l'année 2015, une première interpellation conduit les enquêteurs vers un appartement, à Montbéliard, considéré comme le laboratoire de confection de la drogue. Lors de la perquisition menée par la PJ de Besançon, 58 kilos d'héroïne sont découverts, répartis en cinq kilos de drogue pure et 53 de produit de coupe. La valeur marchande totale est estimée à environ 1,5 million d'euros. Une presse, des conditionneurs, des gants, des masques et des passoires sont également retrouvés.

Dans cet appartement, un homme est interpellé. En tentant de fuir les policiers, il saute par la fenêtre et se casse les deux jambes. Les arrestations se multiplient jusqu'en mars, notamment avec l'interpellation des têtes du réseau. Au total, une dizaine d'interpellations ont eu lieu, sept suspects ont été mis en examen et cinq d'entre eux écroués.

Justine Chevalier