BFMTV

Bernard Tapie entendu lundi par la brigade financière

Bernard Tapie sera entendu lundi par la brigade financière dans l'enquête sur l'arbitrage qui lui a permis d'obtenir 403 millions d'euros en 2008.

Bernard Tapie sera entendu lundi par la brigade financière dans l'enquête sur l'arbitrage qui lui a permis d'obtenir 403 millions d'euros en 2008. - -

Bernard Tapie est entendu lundi par la brigade financière dans l'enquête sur l'arbitrage qui lui a permis d'obtenir 403 millions d'euros en 2008 pour solder son litige avec le Crédit Lyonnais.

Bernard Tapie est entendu ce lundi matin par la brigade financière dans l'enquête sur l'arbitrage du Crédit Lyonnais. Les enquêteurs cherchent à savoir si l'arbitrage qui lui a été accordé en 2008 (plus de 400 millions d'euros) a été faussé.Dans cette affaire, Bernard Tapie risque une garde à vue et une mise en examen. L'opportunité d'un recours contre l'arbitrage sera parallèlement examinée mardi et mercredi lors des conseils d'administration du Consortium de réalisation (CDR), l'organisme chargé de gérer le passif du Crédit Lyonnais, et de l'Etablissement public de financement et de restructuration (EPFR), qui assurait la tutelle du CDR. « Les représentants de l'Etat auront bien sûr les instructions qui conviennent, je ne peux pas en dire plus », a déclaré dimanche le ministre de l'Economie, Pierre Moscovici. Sur la convocation de Bernard Tapie, des sources judiciaires avaient déclaré vendredi qu'elle aurait lieu dans le courant de la semaine.

Démontrer l'escroquerie en bande organisée

Selon des éléments du dossier publiés la semaine dernière par Le Monde, les enquêteurs disposent de suffisamment d'éléments pour démontrer l'escroquerie en bande organisée. A ce jour, trois personnes ont été mises examen pour ce chef, l'ex-juge arbitre Pierre Estoup, Stéphane Richard, le PDG d'Orange, et Jean-François Rocchi, l'ancien président du CDR. Bernard Tapie s'estimait lésé lors de la revente par le Lyonnais de l'équipementier sportif Adidas et un arbitrage a mis fin à nombre de procédures judiciaires. Claude Guéant, ex-secrétaire général de l'Elysée, devrait être également entendu dans les jours prochains, selon une source proche de l'enquête. L'ex-ministre de l'Economie Christine Lagarde, qui a accepté l'arbitrage et n'a pas introduit de recours contre son résultat, a été placée parallèlement par la Cour de justice de la République sous le statut de témoin assisté.

La Rédaction avec Reuters