BFMTV

Bagarre à Orly: les parties civiles réclament 800.000 euros à Booba et Kaaris

Les rappeurs Booba et Kaaris

Les rappeurs Booba et Kaaris - Dominique FAGET, Loïc VENANCE / AFP

Après avoir écopé d'une peine de 18 mois de sursis et de 50.000 euros d'amende pour leur affrontement dans le hall d'embarquement d'Orly le 1 août 2018, les rappeurs pourraient avoir à s'acquitter de 800.000 euros supplémentaires.

C’est de notoriété publique, les deux rappeurs français Booba et Kaaris se détestent. Mais ils ont décidé d’associer leurs défenses pour l’audience "en intérêts civils" qui s’est déroulée le 28 novembre au tribunal correctionnel de Créteil, qui devait évaluer le montant des dommages financiers après l’affrontement des rappeurs et de leurs bandes le 1 août 2018, dans le hall 1 de l’aéroport d’Orly.

Coups de poings, coups de pieds, rayon d’une boutique duty-free renversé, bouteilles de parfum cassées... Les images de la rixe, responsable du retard de plusieurs vols, avaient fait le tour du monde sur les réseaux sociaux.

Jugés au pénal en octobre 2018, "K2A" et "B2O" ont finalement écopé d’une peine de 18 mois de prison avec sursis et de 50.000 euros d’amende pour "violences volontaires" et "vols en réunion". Les rappeurs n’ont pas fait appel de la décision de justice.

L'entreprise exploitante des commerces d'Orly estime à 700.000 euros les pertes en chiffre d'affaires

Booba et Kaaris ne se sont pas rendus à l’audience du 28 novembre au tribunal de Créteil, mais cette fois-ci leurs avocats ont uni leurs forces pour contester le montant des dommages, détaille le Parisien.

La société qui exploite les commerces dans le hall de l’aéroport, partie civile dans ce dossier, estime à plus de 700.000 euros la perte de chiffre d’affaires du Duty-free où l’affrontement a eu lieu. À cela, il faut aussi ajouter 6000 euros de dégradation de mobilier, 13.400 euros de perte de produits et 2000 euros pour l’impact psychologique des salariés du magasin.

Mais pour l’avocat de l'entreprise, la rixe a surtout brisé l’image de luxe et de tranquillité, si importante pour la clientèle asiatique. L’affrontement aurait ainsi eu un impact négatif sur son activité pendant près de cinq mois.

Autre partie civile dans ce dossier, la société Aéroport de Paris qui, par le biais de son avocate, a également appuyé cette thèse en déclarant que "les images avaient été relayées dans le monde entier. Cet événement reste dans les esprits. Le préjudice se prolonge dans le temps pour l’aéroport."

L'addition de la rixe sera connue avant Noël

L’avocat de Booba a, lui, répondu que "d'autres facteurs, comme la hausse de fréquentation à deux chiffres de l'aéroport de Beauvais ou les grèves des taxis ou des contrôleurs aériens peuvent aussi être avancés alors que cela n'a rien à voir avec la rixe." 

"À croire qu'ils ne se sont lancés au visage que les produits les plus chers à 700 euros, a ainsi plaisanté Yassine Yakouti, l'avocat de Kaaris. De toute façon, tout le monde n'a pas été condamné pour les dégradations. Et le vol ainsi que la détérioration ont aussi pu être occasionnés par des passants extérieurs à la rixe, comme cela apparaît sur les multiples vidéos."

La note finale de l’affrontement devrait être rendue publique juste avant les fêtes de fin d’année. Peu importe le montant tranché par le tribunal, les rappeurs français ont assurés qu’ils paieraient de leur poche.

Romane Ganneval