BFMTV
Police-Justice

"Babybel", ancien acolyte de Jeremstar, condamné pour agression sexuelle sur mineur

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - AFP

L'homme de 55 ans était notamment poursuivi pour "corruption de mineur".

"Babybel", homme de radio qui formait un duo avec Jeremstar, une star des réseaux sociaux en France, a été condamné mardi à Nîmes à 2 ans d'emprisonnement, dont 18 mois avec sursis, pour "agression sexuelle sur mineur".

Pascal Cardonna, 55 ans, jusque-là cadre anonyme dans une radio, a connu la notoriété sous le pseudonyme de "Babybel" en jouant les seconds rôles dans des vidéos virales de Jeremstar, Jeremy Gisclon de son vrai nom.

Organisation de nombreuses soirées

Ce dernier s'était fait connaître en publiant à un rythme frénétique des informations sur la téléréalité et des extraits de sa vie sur Snapchat qui ont fait de lui le Français le plus suivi sur ce réseau social. Il avait également intégré l'équipe des chroniqueurs de Thierry Ardisson.

Début 2018, Pascal Cardonna a été accusé d'avoir invité des mineurs à participer à des soirées à son domicile où l'alcool coulait à flots. L'affaire avait éclaté en marge d'un règlement de comptes qui avait agité les réseaux sociaux, au cours duquel une "sex-tape" de Jeremstar avait été diffusée.

Jeremstar n'a pas été inquiété mais Pascal Cardonna a été renvoyé devant le tribunal correctionnel de Nîmes pour "corruption de mineur", "provocation directe de mineur à la consommation excessive d'alcool", "agression sexuelle sur un mineur de 15 ans" et "recours à la prostitution d'un mineur". Des faits qu'il a toujours niés, qualifiant d'"affabulateurs" ses accusateurs.

Utilisation de la notoriété de son ami

Mais pour Stéphane Bertrand, le procureur-adjoint de Nîmes, "Babybel" s'est bien "servi de son amitié avec Jeremstar" pour "prendre dans ses griffes des mineurs". "Les jeunes eux, sont venus pour rencontrer leur idole Jeremstar et se retrouvaient dans un véritable guet-apens", a-t-il dit à l'audience.

"Il n'y a jamais eu d'orgies, d'alcool, de drogue, de sexe, lors de ces soirées", a plaidé l'avocat de Pascal Cardonna, Christophe Dubourd. Pour lui, le dossier a été "pollué par les textos, les SMS maladroits et potaches", bien que souvent à connotation sexuelle, envoyés par son client.

Pascal Cardonna devra effectuer avec un bracelet électronique les six mois fermes auxquels il a été condamné et il lui est interdit d'approcher de mineurs pendant les 18 mois de son sursis probatoire. Il a également été inscrit au fichier des délinquants sexuels.

J.F. avec AFP