BFMTV
Police-Justice

Aude: elle expulse ses locataires et est poursuivie pour "vol avec effraction"

Les faits se sont produits près de Carcassonne. (Image d'illustration)

Les faits se sont produits près de Carcassonne. (Image d'illustration) - Eric Cabanis

La propriétaire d'une maison près de Carcassonne a profité des vacances de ses locataires pour vider leurs affaires. La famille a porté plainte.

"J'ai vidé la baraque." Maria A. assume la manière forte. Propriétaire d'une maison à Montlegun, près de Carcassonne, dans l'Aude, elle a vidé les affaires de ses locataires qui ne payaient plus leur loyer depuis cinq mois et changé les serrures, rapporte L'Indépendant.

Maria A., qui loue cette maison dans le cadre d'une SCI, prévient ses locataires au mois d'octobre 2021 qu'ils devront quitter le bien au mois de mai. Le bail de trois ans arrivant à son terme. Une durée que les locataires contestent immédiatement, assurant que le délai est de six ans, le bailleur étant une société. Ils prennent alors une avocate pour s'opposer à la résiliation du bail. Mais l'audience qui aurait dû permettre de trancher est reportée au 3 octobre prochain.

"Il y a une condition qui permet de signer un bail de trois ans dans le cadre d'une SCI, il faut qu'elle comporte un caractère familial, dans cette affaire ce n'est pas le cas", insiste Me Dounia Hamchouch, l'avocate des locataires.

"J'ai tout mis sur le trottoir"

Pour la propriétaire, pas question d'attendre la décision de justice pour un avis d'expulsion, d'autant que ses locataires ont un arriéré de cinq mois de loyer, assure-t-elle. Le 12 juillet, elle décide de régler la situation par elle-même. Maria A. a pénétré dans sa maison, profitant que ses locataires soient en vacances, a vidé l'intégralité de leurs affaires sur le trottoir, puis changé les serrures. Elle reconnaît un comportement "innommable" afin de protéger "le fruit de son travail de commerçant" et éviter que sa maison ne soit saisie.

"J'ai tout mis sur le trottoir, les gens sont venus se servir, le bruit d'un vide grenier s'est vite répandu jusqu'aux quartiers voisins, quant aux voitures, elles sont chez des épavistes, dont la police a les numéros", explique-t-elle auprès de nos confrères de L'Indépendant.

Une plainte pour vol déposée

Une semaine plus tard, la famille rentre de vacances. "J'ai fait le tour de la maison, j'avais mon fils avec moi, il m'a dit 'maman on n'a plus rien'., explique la mère de famille à RTL. On a retrouvé des choses de l'intérieur à l'extérieur". La famille, qui disposait d'un système de vidéosurveillance qui a été arraché. Ils retrouvent des affaires à l'extérieur mais aussi sur Internet alors que des "pilleurs" tentent de les revendre.

Leur avocate assure que ses clients paient leur loyer depuis le début du bail. Ils ont stoppé les paiement qu'à partir du mois de mai en raison de ce conflit qui les oppose à la propriétaire. "Cette dernière a pris la place du juge et s'est fait justice, martèle Me Hamchouch. Ce sont mes clients qui sont les victimes." Menacés sur les réseaux sociaux, ils ont dû quitter Carcassonne.

"J'ai à traiter d'affaires de squatteurs, de gens qui ne paient pas le loyer depuis quatre ans, ce n'ets absolument pas le cas dans cette affaire, ne décolère pas leur avocate. Là ce n'est absolument pas le cas.

Les locataires ont porté plainte contre leur propriétaire pour "vol avec effraction". Pour ces faits, qu'elle "assume" dit-elle, Maria A. encourt jusqu'à sept ans d'emprisonnement et 100.000 euros d'amende.

J.C.