BFMTV

Au moins 31 blessés dans un accident de car scolaire, 3 collégiens dans un état grave

Une violente collision frontale entre un car scolaire et une voiture s'est produite dans le Gers vers 13 heures ce jeudi. 29 personnes ont été blessées dans l'accident, dont sept grièvement.

Une collision entre un car scolaire et une voiture à Manciet, dans le Gers, a fait une trentaine de blessés ce jeudi en début d'après-midi. Selon un dernier bilan provisoire communiqué par la préfète du Gers, 29 personnes ont été blessées. Parmi eux se trouvent notamment 26 collégiens âgés de 14 à 15 ans, et le conducteur de l'automobile. Sept collégiens ont été grièvement blessés. Leur pronostic vital n'est cependant pas engagé. Les 22 autres - dont la conductrice du car, le conducteur de la Clio et deux accompagnateurs - sont légèrement blessés.

Priorité non respectée

L'accident s'est produit vers 13h sur la RN24, à une jonction entre la route nationale et la RD 931 d'après La Dépêche. Selon nos informations, l'automobiliste qui conduisait une Clio a mis son clignotant pour tourner, mais n'a pas respecté une priorité et a percuté de plein fouet un bus qui transportait 45 élèves de troisième venant du collège Jean-Rostand d'Eauze, et leurs 5 accompagnateurs.

Le bus s'est retrouvé couché sur le flanc dans le champs situé à côté de la route. Les premiers contrôles toxicologiques menés sur les deux conducteurs étaient négatifs. 

Blessures à l'abdomen

Parmi les 29 blessés, sept enfants l'ont été gravement pour des blessures à l'abdomen, dont deux ont été transportés par hélicoptère vers Toulouse et Pau, a déclaré la préfète du Gers Catherine Séguin.

Il n'y a "aucun signe de pronostic vital engagé à ce stade", a-t-elle précisé, préférant rester prudente car "vingt blessés étaient toujours en cours d'examen" pour évaluer le degré de gravité de leurs blessures.

La représentante de l'Etat, qui s'est déplacée sur les lieux de l'accident, a précisé que la collision avait eu lieu entre un chemin, d'où débouchait la Clio, et la route départementale. "Le bus a continué sa course quelques mètres pour ensuite se coucher sur le bas-côté", a-t-elle encore déclaré.

Le bus couché dans le champs, après l'accident.
Le bus couché dans le champs, après l'accident. © BFMTV

Une enquête a été ouverte pour blessures involontaires contre le conducteur de la voiture et confiée à la gendarmerie. le conducteur n'a pas été place en garde à vue à ce stade car il est en état de choc. 

Le plan NOVI activé

Le plan NOVI (Nombreuses Victimes) a été activée par la préfète du Gers, qui s'est rendue sur place. "Les secours sont arrivés très rapidement sur les lieux. De très importants moyens ont été déployés: 96 sapeurs-pompiers, 19 ambulances, un véhicule de secours routier, quatre véhicules de transport de personnes, (...) du côté de la gendarmerie 26 effectifs mobilisés, trois brigades motorisées et la brigade territoriale compétente", a-t-elle déclaré sur BFMTV.

Trois cellules psychologiques ont été mises en place: sur le lieu de l'accident pour les collégiens, au hall d'exposition à Eauze pour leurs familles et dans leur collège pour les élèves. 

Le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a fait part de "sa vive émotion après l'accident de bus scolaire", et exprimé "tout son soutien aux élèves et aux membres de l'équipe pédagogique accidentés", parmi lesquels la principale du collège Jean-Rostand qui se trouvait également dans le bus.

Capture BFMTV
Capture BFMTV © Capture BFMTV
L.A., avec Alexandra Gonzalez