BFMTV

Arrestations au Mans: le principal suspect soupçonné d'avoir projeté un attentat

La DGSI a procédé aux interpellations.

La DGSI a procédé aux interpellations. - AFP

INFO BFMTV - Un Syrien de 19 ans a été interpellé la semaine dernière au Mans avec six autres personnes. Entré illégalement en France en avril dernier, il aurait voulu passer à l'acte, sans évoquer de cibles précises. Il s'agit du sixième attentat déjoué depuis le début de l'année.

INFO BFMTV - Des arrestations qui sont quasiment passées inaperçues et pourtant déterminantes. Mercredi dernier, sept personnes ont été arrêtées dans le cadre d'une enquête sur la diffusion de vidéos mettant en scène un individu prêtant allégeance à Daesh. Parmi elles figure un jeune homme de 19 ans considéré comme le principal suspect. Mis en examen et écroué ce week-end, cet individu est soupçonné d'avoir projeté un attentat. Selon les autorités, il s'agit de la sixième attaque déjouée depuis le début de l'année.

Les enquêteurs ont acquis au fil de l'enquête la conviction que ce suspect a voulu passer à l'acte. Au domicile de ce Syrien de 19 ans, la DGSI a retrouvé plusieurs vidéos où non seulement il prête allégeance à l’Etat islamique, dénonce les "mécréants" et affirme qu’il faut s’en prendre aux croisés. Dans une autre séquence, il se met en scène à bord d’un véhicule, comme s’il allait commettre une attaque à la voiture piégée et mourir en martyr, sans évoquer de cibles précises. Une arme factice, arme longue, type kalachnikov, a été également découverte à son domicile.

Une première depuis 2016

Le jeune homme de 19 ans est issue d’une famille de Syriens, arrivés légalement en France en 2016. Ils bénéficient de la protection subsidiaire au titre de leur statut de réfugiés. Lui a essayé d’entrer légalement, mais après un refus des autorités, il est entré illégalement en avril 2018, avec de faux papiers. Sa famille n’a pas été inquiétée par la DGSI, à l'exception de son frère qui est mis en examen dans cette enquête sur la mise en ligne de vidéos en faveur de Daesh. Soupçonné d’avoir tourné les vidéos, l'homme a été laissé libre.

L'arrestation de ce Syrien, entré illégalement sur le territoire et soupçonné d'avoir voulu passer à l'acte pour le compte de Daesh, est la première de ce type depuis 2016. L’enquête sur ce dossier se poursuit, avec notamment l’exploitation de tous les supports numériques retrouvés en perquisition, pour voir si le suspect a eu des contacts en Syrie.

Cécile Ollivier