BFMTV

Arnaques au dépannage à domicile: six professionnels sur dix roulent leurs clients

Serrurier, plombier ou électricien qui surfacture une intervention en urgence: la pratique n'est pas exceptionnelle. Près de 9.000 plaintes ont été enregistrées en 2014 pour des arnaques au dépannage à domicile. Une campagne d'information a été lancée.

Recoller une partie de la serrure endommagée avec du mastic: 200 euros grand maximum. Mais Laetitia a payé le quadruple. Pour seulement quinze minutes de travail. Le dépanneur d'urgence a su se montrer convaincant: le serrurier lui a promis qu'elle serait intégralement remboursée par son assurance. Un mensonge.

Un marché de 44 milliards d'euros

Laetitia n'est pas la seule à avoir été abusée par un dépanneur peu scrupuleux. Près de 9.000 plaintes ont été enregistrées en 2014. Aujourd'hui, près de six dépanneurs sur dix enfreignent la loi. Ainsi, une campagne a été lancée mardi par la secrétaire d'Etat chargée du Commerce, de l'Artisanat, de la Consommation. Objectif de Martine Pinville: lutter contre les pratiques déloyales dans le dépannage à domicile.

Cette campagne, intitulée "Faites-vous dépanner, pas arnaquer" et pilotée par la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), a pour objectif "d'informer les consommateurs pour faire face aux pratiques déloyales de certains professionnels qui profitent de leur vulnérabilité". Le marché est considérable: le dépannage à domicile dans les secteurs de la plomberie, l'électricité et la serrurerie représente 44 milliards d'euros en 2013, selon les chiffres officiels.

"54% des professionnels contrôlés en anomalie"

"Les préjudices alors subis peuvent représenter des sommes importantes pour les consommateurs", indique Martine Pinville dans un communiqué. "Les agissements de ces professionnels sont également dommageables pour les professionnels vertueux qui subissent une image dégradée de leur secteur d'activité et une concurrence déloyale."

Depuis plusieurs années, "la DGCCRF a constaté un accroissement des plaintes de consommateurs et certaines pratiques d'une gravité préoccupante: absence de devis ou d'information précontractuelle, absence de contrat, publicités trompeuses", poursuit le communiqué, qui assure que près de "54% des professionnels contrôlés étaient en anomalie".

Des pratiques commerciales agressives et déloyales

Les consommateurs dénoncent le plus souvent des pratiques commerciales agressives et parfois déloyales, comme avec la distribution dans les boîtes aux lettres de plaquettes se référant à tort à des services publics, trompant ainsi la vigilance du client.

"Dans des situations particulièrement inconfortables (...), certains professionnels profitent du caractère urgent de l'opération pour abuser de leurs clients", a ajouté Martine Pinville.

Le ministère diffuse également des conseils pour éviter de se faire piéger, comme demander à son assureur les coordonnées d'un artisan, prendre le temps de mettre en concurrence plusieurs professionnels, ou encore exiger un devis avant toute intervention.

https://twitter.com/chussonnois Céline Hussonnois Journaliste BFMTV