BFMTV

Argenteuil: nouvelle nuit de tensions entre jeunes et forces de l'ordre, six interpellations

Des voitures et des poubelles ont été incendiées et trois policiers ont été blessés par des jets de projectiles.

Pour la deuxième nuit consécutive, des échauffourées ont éclaté à Argenteuil, dans le Val-d'Oise, où six personnes ont été interpellées dans la nuit de lundi à mardi, après la mort d'un jeune motard dans un accident près d'une voiture de police.

Les violences ont débuté vers 23 heures dans le quartier d'où était originaire Sabri, 18 ans, le jeune homme mort à moto dans la nuit de samedi à dimanche à proximité d'une voiture de la Brigade anticriminalité. 

"Six personnes" ont été interpellées lors de ces violences, a indiqué à l'AFP une source policière. "Trois policiers ont été blessés par des jets de projectiles", notamment des mortiers d'artifice, a ajouté cette source.

Les policiers ont fait usage de gaz lacrymogène. Le calme est ensuite revenu vers une heure du matin.

Au total, trois voitures ont été incendiées et une vingtaine de feux de poubelles et détritus ont été recensés, selon la même source. Dimanche soir, de brèves échauffourées avaient déjà éclaté à Argenteuil. Des voitures et des poubelles avaient été incendiées et des abribus saccagés.

Une enquête ouverte et une plainte bientôt déposée

Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de l'accident qui a eu lieu dans un quartier pavillonnaire de la ville quand le conducteur, non casqué, a percuté un poteau électrique en béton situé sur un trottoir.

Selon les premières constatations, il n'était pas poursuivi par la voiture de la BAC, a indiqué lundi le parquet de Pontoise, qui a précisé que "les premières conclusions" de l'expertise en accidentologie allaient aussi dans le sens d'une "absence de choc entre le véhicule de la police et la moto".

"Il n'y a eu aucun contact avec les fonctionnaires (de police), qui n'ont même pas décidé de contrôler la moto", a déclaré à BFM Paris Franck Lebas, secrétaire départemental unité-SGP Val-d'Oise. "Là, malheureusement, il s'agit d'un accident classique."

De son côté, la famille de la victime a annoncé son intention de déposer une plainte, assurant que la chute de Sabri a été provoquée par un choc avec une voiture de police.

Juliette Mitoyen avec AFP