BFMTV
Police-Justice

Après la condamnation du youtubeur Marvel Fitness, avocate et victimes visées par des menaces de mort

L'avocate a reçu des milliers de menaces de mort via les réseaux sociaux. (Image d'illustration)

L'avocate a reçu des milliers de menaces de mort via les réseaux sociaux. (Image d'illustration) - Manan VATSYAYANA / AFP

Habannou S., alias Marvel Fitness sur YouTube, a été condamné vendredi à deux ans de prison dont un an ferme pour "harcèlement moral" par le tribunal correctionnel de Versailles.

"Je ne sais pas si la décision rendue aura la capacité de rendre aux parties civiles un cours de vie normal." Les paroles du procureur de Versailles ont aujourd'hui comme un air de prémonition. A peine le youtubeur Marvel Fitness condamné par la justice pour "harcèlement moral", ses victimes et leur avocate sont la cible de sa communauté de fans.

Habannou S., alias Marvel Fitness sur YouTube, a été condamné à deux ans de prison, dont un an ferme avec mandat de dépôt vendredi dernier par le tribunal correctionnel de Versailles. À la tête d'une chaîne YouTube sur des conseils fitness suivie par 160.000 abonnés, Marvel Fitness est surtout connu pour ses "dramas", des vidéos dans lesquelles il prenait à partie d'autres acteurs du milieu de la minceur à base de "punchlines" notamment tirées de l'univers Marvel.

Des critiques reprises par sa communauté de fans. "Pendant un an et demi, je n'ai pas eu un moment de répit", explique à BFMTV.com Me Laure-Alice Bouvier, avocate des huit victimes qui ont porté l'affaire en justice.

De nouvelles menaces de mort

L'avocate a elle aussi été victime de la communauté de fans de Habannou S. quand elle a accepté de défendre les huit autres personnes ciblées. En juin 2020, elle avait décidé de porter plainte et était partie civile dans ce procès. Sur les 5000 pièces fournies au dossier, 800 la concernaient. "Il y a un avant et un après dans cette affaire, poursuit Me Bouvier. L'avant, c'est une condamnation historique, une première dans une affaire de raid numérique. Marvel Fitness organisait des raids numériques de grande ampleur."

Et de poursuivre: "L'après est un peu particulier. Depuis lundi, j'ai reçu des milliers de menaces de mort par mail mais surtout par messages privés sur Instagram."

Menaces de mort, messages antisémites.... Dans un message vocal, un internaute la menace d'"une balle dans la tête". "J'espère que t'as les c***** de sortir de chez toi. Genre t'es là, tu marches avec le grand sourire comme ça (...) et bien nous tu vas voir quand tu vas te prendre une balle dans la tête. (...) Tu vas faire quoi? Tu vas dire 'violences, violences'. Ils seront cagoulés, tu vas faire quoi?" entend-on dans un message vocal adressé à Me Laure-Alice Bouvier.

Capture d'un message reçu par Me Laure-Alice Bouvier.
Capture d'un message reçu par Me Laure-Alice Bouvier. © BFMTV
Capture d'un message reçu par Me Laure-Alice Bouvier.
Capture d'un message reçu par Me Laure-Alice Bouvier. © BFMTV
Capture d'un message reçu par Me Laure-Alice Bouvier.
Capture d'un message reçu par Me Laure-Alice Bouvier. © BFMTV

Nouvelle plainte

L'avocate explique avoir porté plainte pour les messages qu'elle reçoit depuis lundi, et les messages qu'elle recevra, et lancera une action contre toutes les personnes à l'origine de ces menaces. Les autres plaignants dans le procès contre le youtubeur Marvel Fitness sont eux aussi destinataires de menaces. Des poursuites pourraient elles aussi être engagées.

"La décision de justice de vendredi est appelée à dépasser les frontières du tribunal correctionnel de Versailles, insiste l'avocate. La notion de normalité et la banalisation de la parole avec les usages des réseaux sociaux ne doit pas exister."

Depuis cette victoire obtenue devant la justice, l'avocate est contactée par de nombreuses victimes à qui cette décision "a redonné de l'espoir". Les victimes du harcèlement du youtubeur et de sa communauté ont raconté devant le tribunal avoir tout tenté pour mettre fin à leur calvaire. Une d'entre elles a même reconnu avoir diffusé un faux montage photo pour faire croire qu'Habannou S. lui avait envoyé une photo de son pénis. Elle a depuis présenté ses excuses.

https://twitter.com/justinecj Justine Chevalier Journaliste police-justice BFMTV