BFMTV

Après l’interdiction de l’oreillette, les automobilistes se mettent au kit Bluetooth

Depuis le 1er juillet l'utilisation d'oreillette ou d'écouteurs est interdite au volant.

Depuis le 1er juillet l'utilisation d'oreillette ou d'écouteurs est interdite au volant. - Plantronicsgermany - Flickr

Près d’un Français sur deux a changé ses habitudes après l’interdiction des écouteurs au volant, selon une étude d’Assureurs Prévention. Certains ont décidé d’investir dans des kit Bluetooth pour continuer à pouvoir téléphoner sur la route.

Moins d’un mois après l’interdiction de l’oreillette au volant, les automobilistes ont déjà changé leurs habitudes. D’après une étude de l’association Assureurs Prévention, dévoilée par Le Parisien vendredi, 46% des automobilistes habitués à téléphoner au volant affirment avoir changé de comportement.

Depuis le 1er juillet en effet, l’utilisation d’une oreillette au volant est passible d’une amende de 135 euros ainsi que d’un retrait de trois points sur le permis de conduire. La mesure aurait d’ores et déjà incité les automobilistes à s’adapter.

Des kits Bluetooth à bord du véhicule

Selon l’étude réalisée auprès de plus de 1.053 personnes, 34% disent avoir totalement cessé de téléphoner en conduisant. 12% des personnes interrogées, plutôt que de raccrocher, ont décidé pour continuer à téléphoner d’utiliser un kit mains libres.

Ces kits Bluetooth permettent de connecter son téléphone à un haut-parleur, installé dans la voiture et d’avoir les mains et les oreilles libres pour se concentrer sur la route. Certaines sociétés fabricant ce type d’équipements, avec des premiers prix autour de 50 euros, ont vu leurs ventes grimper indique Le Parisien. Un tiers des sondés était par ailleurs déjà équipé de ce dispositif, les véhicules les plus récents disposant de plus en plus souvent de systèmes Bluetooth intégrés.

Quatrième cause de mortalité

Mais certains jouent les réfractaires quittent à risquer l’amende et à se mettre en danger, 22% des sondés continuent d’utiliser leur téléphone à la main ou avec écouteurs. L’association Assureurs Prévention rappelle que "les distracteurs au volant" comme le téléphone portable sont considérés comme la quatrième cause de mortalité sur les routes.

C. B