BFMTV

Animaux abattus dans une ferme pédagogique de l'Aube: 4 jeunes placés en garde à vue

Disparition inquiétante dans le Rhône, le 18 août 2019.

Disparition inquiétante dans le Rhône, le 18 août 2019. - Twitter

Après le massacre de 14 animaux dans une ferme pédagogique, quatre jeunes de 16 à 18 ans ont été interpellés. Près de 1700 personnes ont participé à une cagnotte de soutien.

Quatre jeunes de 16 à 18 ans ont été placés en garde à vue après la violente mise à mort de 14 animaux d'une ferme pédagogique à Méry-sur-Seine (Aube). Ils vont être présentés à un juge pour enfants ce jeudi, précise une source proche de l'enquête à BFMTV.

Soirée alcoolisée

Lundi, 14 animaux, des volailles et un lapin, ont été retrouvés morts, violemment frappés. Plusieurs autres pensionnaires ont été grièvement blessés, parmi lesquelles se trouvaient un cochon, une oie et un coq. Un mouton, avec d'importantes lésions, a également dû être euthanasié. 

Un mineur a été interpellé mardi et trois mercredi. Lors d'un point presse ce jeudi, la gendarmerie de Romilly-sur-Seine a tenu un point presse durant lequel elle a précisé que les faits s'étaient déroulés durant "une soirée alcoolisé" avec des "produits stupéfiants". Lors des perquisitions, "des éléments matériels" ont été retrouvés chez les suspects, dont une paire de chaussures sous lesquelles se trouvaient des "plumes de volatiles".

"Traumatisme"

Ils ont tous entre 16 et 18 ans et vont être présentés à un juge pour enfants. La loi interdit toutes violences sur animal: "Le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité" est puni d'une peine de prison de deux ans et de 30.000 euros d'amende

Le président de l'association Yannick Fassaert a également pris la parole ce jeudi pour annoncer la réouverture de la ferme pédagogique le 12 août prochain. La voix tremblante, il a évoqué le "traumatisme"' subi par les animaux et le personnel.

La fondation Brigitte Bardot avait également dénoncé des "actes barbares" et annoncé son intention de se porter partie civile. Afin de "poursuive cette expérience et cette aventure", une cagnotte avait été mise en place sur Leetchi. Ce jeudi, près de 1700 personnes ont participé, le montant de la cagnotte n'est en revanche pas public. 

Mélanie Vecchio avec Esther Paolini