BFMTV

Allier: un enfant porté disparu, les parents injoignables

Les enquêteurs ne savent pas si cette disparition, censée s'être déroulée dans l'Allier, est un canular.

Les enquêteurs ne savent pas si cette disparition, censée s'être déroulée dans l'Allier, est un canular. - -

La police tente de retrouver un enfant de deux ans et demi, porté disparu par sa tante. Seulement, les enquêteurs n'arrivent pas à joindre ses parents, si bien qu'ils n'écartent pas la thèse du canular.

Un enfant âgé de deux ans et demi est recherché dans l'Allier, porté disparu par une proche. Mais la police n'a pas réussi à joindre ses parents si bien que les enquêteurs ne savent pas vraiment s'il y a lieu de s'inquiéter. Une information judiciaire a toutefois été ouverte ce lundi pour "enlèvement et séquestration".

"Toutes les hypothèses sont envisagées. Cela peut aller du simple canular à la piste criminelle comme l'enlèvement", a déclaré prudemment le procureur de la République à Moulins, Pierre Gagnoud.

Les parents "sans domicile connu"

Selon le quotidien La Montagne ce week-end, une enquête a été ouverte après la déclaration de disparition, faite vendredi par la tante de l'enfant. Elle assure ne pas avoir de nouvelles de son neveu depuis une semaine. Le SRPJ de Clermont-Ferrand a été saisi.

"Les déclarations de cette personne sont à prendre au sérieux et sans doute à relativiser sur de nombreux points", a poursuivi Pierre Gagnoud. Selon la tante, l'enfant aurait disparu "il y a une semaine, à proximité d'un parking de supermarché à Yzeure".

Des recherches ont été menées et les enquêteurs tentent aussi de retrouver les parents du garçon, "séparés" et "sans domicile connu". Le procureur a également fait un appel à la famille de l'enfant pour essayer de le localiser.

Des faits "confus"

Une information judiciaire pour "enlèvement et séquestration" a finalement été ouverte, a annoncé le parquet lundi en fin de journée. "L'ouverture de cette information contre X va permettre aux enquêteurs d'exercer dans un cadre juridique plus confortable, comme pouvoir faire des perquisitions et des garde-à-vue", a déclaré le procureur de la République à Cusset, Eric Mazaud.

"Ceci dit, nous n'avons pas pour autant d'éléments supplémentaires. Les faits qu'on nous raconte sont confus. Ca part un peu dans tous les sens", a ajouté le magistrat dont le parquet, compétent en matière criminelle, a été saisi aux dépens du tribunal de Moulins jusque-là en charge du dossier.

M. K. avec AFP