BFMTV
Police-Justice

Alain Soral condamné à un an de prison ferme pour négationnisme

L'essayiste d'extrême droite Alain Soral.

L'essayiste d'extrême droite Alain Soral. - LOIC VENANCE / AFP

Déjà condamné à de nombreuses reprises, l'essayiste "antisioniste" a écopé ce lundi d'une peine d'un an de prison ferme pour négationnisme.

L'essayiste d'extrême droite Alain Soral a été condamné ce lundi par le tribunal correctionnel de Paris à un an de prison ferme assorti d'un mandat d'arrêt, pour contestation de l'existence de la Shoah. Il lui est reproché d'avoir publié sur son site des conclusions litigieuses de son avocat dans une autre affaire. Soral, de son vrai nom Alain Bonnet, 60 ans, n'était pas présent à la lecture du délibéré. Son conseil, Damien Viguier, a quant à lui été condamné à 5000 euros d'amende pour complicité, en raison du contenu de ces conclusions.

De nombreuses condamnations

Le tribunal est allé au-delà des réquisitions du parquet s'agissant d'Alain Soral, déjà condamné à plusieurs reprises, notamment pour provocation à la haine raciale. Lors de l'audience, le 5 mars, l'accusation avait réclamé 6 mois ferme contre lui, et 15.000 euros d'amende contre son avocat. Tous deux devront verser un euro symbolique de dommages et intérêts à quatre associations antiracistes parties civiles, ainsi que 1500 euros au titre des frais de justice, solidairement, à chacune d'entre elles.

En 2016, le site d'Alain Soral, Egalité et Réconciliation, avait publié un dessin représentant sur une Une titrée "Chutzpah Hebdo" le visage de Charlie Chaplin devant l'étoile de David avec, dans une bulle, la question "Shoah où t'es?", référence à une Une polémique de "Charlie Hebdo" après les attentats de Bruxelles, "Papa où t'es?" Pour cette publication jugée négationniste, Alain Soral est définitivement condamné à 10.000 euros d'amende, avec possibilité d'emprisonnement en cas de non-paiement.

"Frapper les imaginations"

En novembre 2017, le même site avait publié les conclusions de son avocat Damien Viguier dans cette affaire, qui évoquaient notamment une chaussure et une perruque représentées sur le dessin condamné, "Chutzpah Hebdo". 

"Chaussure et cheveux font référence aux lieux de mémoire organisés comme des lieux de pèlerinage. On y met en scène des amoncellements de ces objets, afin de frapper les imaginations", avait notamment écrit l'avocat. "La coupe des cheveux se pratique dans tous les lieux de concentration et s'explique par l'hygiène", écrivait-il encore, citant ensuite le négationniste Robert Faurisson. 

S'agissant de deux autres détails du dessin, "savon et abat-jour", l'avocat a prétendu que les savons faits à partir de graisse humaine par les nazis ou les abats-jour en peau humaine n'étaient que "propagande de guerre". La Licra et l'Union des étudiants juifs de France avaient signalé ces propos au parquet. Le président de l'UEJF, Sacha Ghozlan, a salué cette nouvelle décision de justice, souhaitant qu'elle marque "un coup d'arrêt à celui qui propage l'antisémitisme depuis tant d'années".

Ambre Lepoivre avec AFP