BFMTV

Affrontements entre policiers et pompiers à Paris: trois blessés et six personnes interpellées

Les premières échauffourées ont eu lieu vers 18 heures, peu après l'arrivée du cortège parti à 14 heures de la place de la République

Des tensions ont éclaté ce mardi place de la Nation, à Paris, alors que des milliers de sapeurs-pompiers professionnels manifestaient cet après-midi pour réclamer une revalorisation salariale ainsi que des garanties face aux agressions et sur le maintien de leur retraite. 

Selon nos informations, trois membres des forces de l'ordre ont été blessés dans ces affrontements. Six personnes ont été interpellées pour violences et jets de projectiles.

Les premières échauffourées ont eu lieu vers 18 heures, peu après l'arrivée du cortège, qui rassemblait 7400 personnes selon le ministère de l'Intérieur, parti à 14 heures de la place de la République. Les forces de l'ordre ont tiré des dizaines de grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants rassemblés sur la place. Certains ont rétorqué avec des fumigènes entraînant des affrontements avec les policiers. 

Affrontements entre pompiers et policiers

Selon un journaliste sur place, la situation a dégénéré après que des pompiers sont descendus sur le périphérique parisien à hauteur de la Porte de Vincennes pour bloquer la circulation. D'importants embouteillages se sont ainsi formé Porte de Vincennes, en pleine heure de pointe. 

Un rassemblement sauvage devant les marches de l'Assemblée nationale avait lui été dispersé en fin de journée après plusieurs heures de face-à-face tendu avec les forces de l'ordre. 

La manifestation des pompiers fait suite à un mouvement de grève entamé en juin. Très suivi selon les syndicats, il n'a toutefois pas entraîné de perturbations majeures, les pompiers étant astreints à un service minimum. Le défilé avait commencé dans une ambiance bon enfant, avec sifflets, sirènes et fumigènes. Pour beaucoup vêtus de leurs manteaux bleu marine avec bandes jaunes fluorescentes, les pompiers brandissaient des pancartes barrées de slogans tels que "Faire plus avec moins, bienvenue chez les pompiers" ou "Stop au mépris du politique".

Cyrielle Cabot