BFMTV

Accusations de harcèlement sexuel: Hulot assure qu'il "ne pardonnera jamais"

Le ministre de la Transition Ecologique et Solidaire assure qu'il ne pardonnera jamais au magazine Ebdo d'avoir relayé des soupçons de de viol le visant

Le ministre de la Transition Ecologique et Solidaire assure qu'il ne pardonnera jamais au magazine Ebdo d'avoir relayé des soupçons de de viol le visant - AFP

Le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot est revenu ce mardi matin sur les soupçons de viol et de harcèlement sexuel à son encontre relayés par le magazine Ebdo. Il a estimé avoir été "touché dans son honneur".

Je ne pardonnerai jamais" a déclaré ce mardi Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique, à propos de l'article du magazine Ebdo relayant des soupçons de viol et de harcèlement sexuel le visant.

"On a touché à mon honneur"

"Je ne pardonnerai jamais parce que l'on a touché à mon honneur, à ma famille, ce n'est pas du journalisme", a-t-il affirmé au micro de France Inter.

Dans un article du 9 février, qui a suscité une vive polémique, Ebdo avait fait état d'une plainte pour viol contre le ministre et ex-animateur TV, déposée en 2008 et classée sans suite, ainsi que d'une rumeur de harcèlement sexuel à l'encontre d'une ancienne collaboratrice de l'ex-Fondation Hulot qui a elle-même démenti.

Le ministre avait devancé la publication de l'article, démentant tout comportement inapproprié et dénonçant des rumeurs "ignominieuses". Il avait également déposé, le 2 mars, une plainte avec constitution de partie civile visant le magazine et les deux auteurs de l'article. "Je m'attendais à ce que mon exposition soit brutale, je ne suis pas d'une grande naïveté", a ajouté le ministre. "Pour l'instant, ma seule réponse sera judiciaire".

La confiance du gouvernement

L'affaire "m'a profondément affectée, elle m'a évidemment perturbé dans l'exercice de mes fonctions parce que, quand vous subissez de tels assauts, de telles insinuations, évidemment, à moins d'être un monstre cynique, cela n'est pas favorable à l'attention et au temps que vous devez donner", a-t-il déclaré.

"Mais j'ai reçu de ce gouvernement à tous les niveaux une telle confiance, une telle sympathie que, quelque part, ça nous a rapproché les uns et les autres", a-t-il ajouté.

M. F. avec AFP