BFMTV

Abdelhakim Dekhar: itinéraire d'un homme discret

Abdelhakim Dekhar, ici sur une photo d'archives, a été mis en examen dans la nuit.

Abdelhakim Dekhar, ici sur une photo d'archives, a été mis en examen dans la nuit. - -

Le tireur présumé de Paris a été mis en examen et écroué dans la nuit de vendredi pour tentatives d'assassinats. Parcours d'un homme qui avait refait sa vie à Londres.

La vie londonienne d'Abdelhakim Dekhar reste mystérieuse. Le tireur présumé de Paris a été mis en examen et écroué dans la nuit de vendredi à samedi pour tentatives d'assassinats à BFM TV, Libération et à La Défense. Point de départ d'une instruction qui devra éclaircir ses motivations.

Le parcours de ce quadragénaire connu de la justice française dans l'affaire de l'équipée sanglante de Florence Rey et Audry Maupin passe par la case Londres. Nos envoyés spéciaux marchent sur les traces d'un individu discret dont la vie sociale était quasiment inexistante jusqu'à son retour en France, invité chez un ami.

Deux mariages et des violences conjugales

En 1998, Abdelhakim Dekhar souffle ses 33 bougies et vient de passer quatre ans en prison. A sa libération, il s’installe dans cet immeuble, à l’Est de Londres. En 2000, il épouse une jeune étudiante turque de 27 ans et demande à son voisin, Alfred, d’officier comme témoin. Les deux hommes ne se connaissent que de vue mais Alfred accepte par politesse.

"On a signé ça quand il s’est marié", raconte le voisin qui ignore, à l'époque, tout du passé judiciaire d’Abdelhakim Dekhar. Selon certaines sources, Abdelhakim Dekhar aurait divorcé, puis se serait remarié, religieusement, avant d’être suspecté de violences conjugales.

Son frère et sa sœur vivent aussi à Londres, mais ils n’auraient plus de contact depuis longtemps. Outre-Manche, Abdelhakim Dekhar rencontre un jeune français qui l’héberge à Courbevoie, et qui finit par alerter la police. Selon ce témoin, il était revenu en France il y a quatre mois seulement. Sa vie londonienne reste toujours un peu mystérieuse, car il n’avait presque pas de vie sociale. Il ne faisait jamais parler de lui.

L. B. avec AFP