BFMTV

Abattoir dans l'Ain: l'incendie revendiqué par des antispécistes

Le site incendié.

Le site incendié. - Fabrice COFFRINI / AFP

Un incendie d'origine criminelle avait détruit une bonne partie d'un abattoir dans l'Ain dans la nuit du 28 septembre dernier. Vendredi, des militants antispécistes ont revendiqué l'opération.

L'incendie d'origine criminelle, qui a détruit la moitié d'un abattoir dans l'Ain, dans la nuit du 27 au 28 septembre, a été revendiqué vendredi sur un site internet alternatif, les auteurs du texte souhaitant "replacer l'antispécisme dans une optique de conflictualité permanente". "Nous voudrions commencer par saluer les toujours plus nombreuses attaques de boucheries ayant eu lieu depuis le début de l'année. Ces actions nous ont touchées car elles ne nous ont pas placé dans un simple rôle de spectateurs mais nous ont poussé à l'agir (sic)", écrivent sur le site Indymedia Lune Blanche et Meute Noire dans un long texte repéré par le quotidien Le Progrès.

"Soyons clair, nous ne cautionnons aucun élevage aussi bienveillant soit-il. (...) Abattoirs, élevages, taules, sont autant de manières d'enfermer, de soumettre", ajoutent les auteurs dont l'objectif "est de replacer l'antispécisme dans une optique de conflictualité permanente avec toutes les autorités".

La directrice de l'abattoir parle de "terrorisme alimentaire" 

Depuis le sinistre, qui a réduit en cendres la moitié des 4.000 m2 des Etablissements Gesler à Hotonnes et mis au chômage technique 80 personnes, une enquête pour "destruction volontaire de biens par substances incendiaires" a été ouverte par le parquet de Bourg-en-Bresse. Huit départs de feu ont été recensés par les gendarmes sur le site, où l'entrepôt de salaison, l'atelier de découpe et les bureaux sont partis en fumée. Il n'y a eu aucun blessé et les bêtes présentes lors du feu ont été rapidement évacuées. 

"Il s'agit d'un acte terroriste! D'un terrorisme alimentaire commis au nom d'une idéologie extrémiste", avait dénoncé jeudi Myriam Gesler, la directrice générale de l'abattoir, lors du sommet de l'Élevage en Auvergne, en visant les mouvements anti-viande qui multiplient les attaques de boucheries en France.

"Nuit debout devant les abattoirs"

Le 26 septembre dernier, l'association antispéciste 269 Libération Animale avait appelé à une "Nuit Debout devant les abattoirs" partout sur le territoire. Elle avait vu notamment sa manifestation interdite dans les Yvelines par le préfet. Dans une lettre ouverte, les professionnels français de la viande ont depuis l'incendie appelé Emmanuel Macron à "enrayer immédiatement" les "offensives sectaires" dont ils font l'objet et "qui ne peuvent qu'aboutir à une guerre civile".

Et dimanche, le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez (LR), a pour sa part annoncé une "aide d'urgence de 200.000 euros" pour l'abattoir Gesler. Utilisé vendredi, le site Indymedia, proche des milieux anarcho-libertaires, a notamment recueilli les revendications de trois incendies de casernes de gendarmerie, en septembre et octobre 2017, dont celle de Grenoble.

R.V. avec AFP