BFMTV

A Cergy, des étudiants de l'Essec déclenchent une fausse alerte terroriste

Le canular n'a pas vraiment été du goût des forces de police déployées en masse en pleine nuit

Le canular n'a pas vraiment été du goût des forces de police déployées en masse en pleine nuit - Wikimedia

La police avait déployé une trentaine d'agents lourdement armés sur les lieux.

C'est un canular de très mauvais goût qui pourrait coûter cher à ses auteurs. Dans la nuit de lundi à mardi, aux alentours de 2 heures du matin, des étudiants de l'Essec ont fait croire à une attaque terroriste dans leur résidence universitaire de Cergy, dans le Val-d'Oise).

La police a rapidement été prévenue par un étudiant inquiet. Dans le contexte actuel, les forces de l'ordre n'ont pas pris la menace à la légère et une trentaine d'agents de la BAC, lourdement armés, ont fait irruption dans le bâtiment. Mais une fois sur place, le périmètre de sécurité établi, les policiers ont dû se rendre à l'évidence: ils venaient de se faire piéger par un groupe d'étudiants à l'humour douteux.

"C'est complètement irresponsable", a réagi Frédéric Clauze, le directeur de la police du Val-d'Oise, interrogé par BFM Paris. "Lorsqu'on détourne les policiers de leur mission, on met en péril la sécurité d'autres usagers qui nous appellent", rappelle-t-il, ajoutant que ce délit est puni, selon l'article 322 du code pénal, de deux ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende. 

C.R.