BFMTV

5 mois de prison avec sursis requis contre Makelele

-

- - -

5 mois de prison avec sursis ont été requis contre l'ancien footballeur Claude Makelele pour des "violences" commises en 2010 contre son ex-petite amie de l'époque. Le tribunal correctionnel de Versailles rendra son jugement le 13 septembre.

Cinq mois de prison avec sursis ont été requis jeudi à l'encontre de l'ancien international de football Claude Makelele, accusé par son ex-petite amie britannique, Thandi Ojeer, de « violences » commises en octobre 2010.
L'avocat du footballeur, Me Arnaud Péricard, a évoqué « un cas de légitime défense », lors de l'audience où l'actuel entraîneur-adjoint du Paris-SG, âgé de 39 ans, n'était pas présent, invoquant un « impératif professionnel » dans une lettre à la Cour. Le tribunal correctionnel de Versailles rendra son jugement le 13 septembre. La procureur Béatrice Bruchère a évoqué une « affaire classique dans un monde peu classique » et demandé au tribunal d'assortir la peine de Claude Makelele d'une mise à l'épreuve et de l'obligation d'indemniser la jeune femme.

« Il m'a poussée en arrière. Il m'a frappée au visage »

A l'audience, Thandi Ojeer a raconté s'être présentée au domicile du finaliste du Mondial 2006, quatre mois après leur rupture, afin de récupérer, après de nombreux appels, des effets personnels d'une valeur de « 30 000 euros ».
« Claude a ouvert la porte et je lui ai dit que je voulais juste récupérer mes vêtements, a déclaré l'élégante jeune femme. Il m'a poussée en arrière, je me suis accrochée à lui pour ne pas tomber. Il m'a frappée au visage, j'étais sonnée ». L'avocat de l'ex-footballeur, Me Arnaud Péricard, a plaidé: « Cette femme entre dans la maison sans y être invitée, donc Claude Makelele se défend et c'est lui qui appelle la police pour empêcher Mme Ojeer d'entrer. C'est très clairement un cas de légitime défense », a-t-il jugé. Claude Makelele avait de son côté également porté plainte pour intrusion à son domicile et agression. Selon l'avocat de la jeune femme, Me Stanislas Panon, cette plainte n'a « pas eu de suite ».

La Rédaction avec AFP