BFMTV

1er-Mai: 7.400 policiers et gendarmes mobilisés à Paris

Le gouvernement a promis un "dispositif de sécurité d'ampleur" et "mobile" pour sécuriser les manifestations du 1er-Mai. Les forces de l'ordre seront en nombre dans la capitale pour éviter que se répètent les violences de l'an dernier et des derniers week-ends.

"C'est la fête du travail, pas celle de la violence." La vigilance est renforcée pour ce 1er-Mai à haut risque avec plus de 7.400 policiers et gendarmes qui seront déployés dans la capitale pour sécuriser les différentes manifestations.

"C'est pour Paris que notre préoccupation est la plus importante", a estimé ce mardi le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, lors d'un point-presse.

Au moins 3.000 CRS et gendarmes mobiles sécuriseront les différents cortèges parisiens, dont le principal relira Montparnasse à place d'Italie. "Nous sommes parfaitement déterminés à ce que des manifestants pacifiques puissent manifester", a fait savoir pour sa part Didier Lallement, le préfet de police de Paris.

Inquiétudes pour les black blocs

La crainte des autorités porte sur la présence de "1.000 à 2.000 activistes radicaux, possiblement renforcés par des individus venus de l'étranger", selon les chiffres avancés par le ministre de l'Intérieur. Parmi ces manifestants violents redoutés figurent des ultras gilets jaunes qui ont basculé dans la violence ces dernières semaines et qui pourraient participer aux dégradations et aux pillages organisés par les membres des black blocs.

Afin de limiter les violences, des contrôles préventifs ont déjà eu lieu dans la capitale, principalement aux abords des gares où sont surveillés les trains notamment en provenance de l'étranger. Le ministre de l'Intérieur, sans en préciser le nombre, a indiqué que des interpellations avaient déjà eu lieu dans la journée de mardi. Il a donné l'exemple d'un jeune homme arrêté dans la matinée dans le Xe arrondissement de Paris avec sur lui une matraque, un taser, un couteau et une paire de gant coqué.

Les contrôles dans les gares, les stations de métro et de RER vont être intensifiés dans les prochaines heures. Dès mercredi 6h30, ce sont environ 300 policiers des transports qui vont procéder à des contrôles préventifs avec ouvertures de sac et bagages. Sur les routes des dispositifs de contrôle sur les véhicules et les cars en provenance de province et de l'étranger vont être mis en place. Côté interpellations, environ 900 policiers seront déployés sur 27 sites de la capitale, notamment dans les grandes gares, avec pour objectif de contrôler les individus et les sacs ainsi que de détecter tout rassemblement susceptible de converger vers les points sensibles. 

Justine Chevalier