BFMTV

17 ans après la disparition d'Estelle Mouzin, son père refuse de "tomber dans un piège" de Fourniret

Éric Mouzin à Guermantes, le 13 janvier 2018.

Éric Mouzin à Guermantes, le 13 janvier 2018. - THOMAS SAMSON / AFP

17 ans après la disparition de sa fille Estelle, à Guermantes en Seine-et-Marne, Éric Mouzin a accordé une interview au Parisien. Une marche blanche est prévue samedi.

Elle avait 9 ans. Ce jeudi marque le dix-septième anniversaire de la disparition de la petite Estelle Mouzin, le 9 janvier 2003 à Guermantes, en Seine-et-Marne. Une affaire jamais élucidée qui a connu un rebondissement judiciaire de taille en novembre, avec la mise en examen pour "enlèvement et séquestration suivis de mort" du tueur en série Michel Fourniret.

Un nouveau développement que salue Éric Mouzin, dans une interview au Parisien. Mais le père de la petite fille refuse pour autant de parler de victoire, évoquant seulement une "étape judiciaire".

"Je ne dis pas que cette mise en examen est anodine, mais on ne peut pas encore parler de victoire mais d'étape judiciaire. Il faut apporter des preuves sur la culpabilité de Fourniret et ne pas se laisser manipuler par ce tueur et sa femme qui ont réussi à défier les enquêteurs durant de longues années. Je n'ai pas envie de tomber dans un piège", estime Éric Mouzin auprès du quotidien.

"Je n'ai rien à lui dire"

Ce dernier indique également n'accorder "aucun" crédit aux paroles de Monique Olivier (l'ex-femme du tueur en série) et de Michel Fourniret. "Je ne compte pas sur lui pour me rendre le corps d'Estelle", confie Éric Mouzin.

Il "m'a déjà écrit une lettre en 2005 ou 2006. Il disait vouloir me parler les yeux dans les yeux et niait son implication dans la disparition d'Estelle. Du Fourniret dans le texte... Moi, je n'ai rien à lui dire", tranche Éric Mouzin.

Dix-sept ans après, personne n'a oublié le visage d'Estelle, placardé sur les avis de recherche. Samedi, une marche blanche est prévue à Guermantes. Avec l'espoir qu'un jour, le cold case trouve une issue. 

Clarisse Martin