BFMTV

Nagui ne comprend pas "ceux qui s'efforcent à ne pas parler le français en France"

L'animateur Nagui, présentant le Téléthon en 2013.

L'animateur Nagui, présentant le Téléthon en 2013. - Kenzo Tribouillard - AFP

L'animateur, qui pose en une de Paris Match cette semaine avec sa femme Mélanie Page, s'est exprimé notamment sur son intégration en France.

Il est arrivé d'Egypte lorsqu'il avait 4 ans, avec ses parents, tous deux professeurs. Aujourd'hui, l'animateur de France 2 et France Inter, Nagui, installé en France depuis cinquante ans, évoque dans Paris Match sa vision de l'intégration et de la tolérance, insistant sur l'importance de la langue.

"Je respecte ce pays qui m’a accueilli il y a cinquante ans, ses institutions, ses représentants. Je ne comprends pas ceux qui s’efforcent à ne pas parler le français en France. Garder une langue maternelle que l’on parle entre soi, parce qu’on a un peu de nostalgie, je comprends. Mais il faut s’adapter à la société dans laquelle on vit. Sinon, cela crée de l’exclusion".

"J'ai eu mal à en pleurer"

Cela ne l'empêche pas d'être parfois insulté par courrier et même de recevoir des menaces de mort. "Il paraît que je salis la langue française, un comble pour un fils de profs de français", s'emporte-t-il. "On m'écrit que je dois retourner dans mon pays, sinon on va m'égorger". L'animateur a fini par porter plainte. 

Nagui évoque un autre épisode douloureux: "Souvenez-vous j'ai eu droit à une couverture de Charlie . Moi en chameau avec ce titre:" 'Nuit gravement à la santé' [en 1999, l'année où il a présenté Nulle Part Ailleurs, succédant à Guillaume Durand, NDLR]. J'ai eu mal à en pleurer. Ca ne m'a pas empêché de présenter Je suis Charlie sur France 2, le lendemain avec France Inter, le lendemain des attentats, pour dire haut et fort que la liberté de la presse doit permettre aux caricaturistes de se moquer de tout le monde".
Magali Rangin