BFMTV

iTELE: les salariés votent à 78% leur 19e jour de grève

Des manifestants devant le siège de Canal+ à Boulogne, le 28 octobre dernier.

Des manifestants devant le siège de Canal+ à Boulogne, le 28 octobre dernier. - AFP

Pas de sortie de crise en vue à iTELE, où les salariés viennent de reconduire le mouvement de grève pour 24 heures supplémentaires.

Les salariés d'iTELE ont voté jeudi à 78% pour la poursuite de leur grève, le jour où la chaîne doit diffuser le débat de la primaire de la droite, a annoncé un porte-parole des grévistes.

Les salariés ont voté la poursuite de la grève jusqu'à vendredi midi pour un 19e jour consécutif d'arrêt de travail (87 favorables, 6 contre, 18 abstentions). Jeudi soir, la chaîne ne diffusera que le débat de la primaire de la droite et pas d'émission spéciale avant et après, avaient indiqué mercredi les grévistes et la direction.

"Toutes les opérations sont suspendues"

"Dans le climat actuel et jusqu'à nouvel ordre de ma part, toutes les opérations sont suspendues", a indiqué le directeur de la chaîne Serge Nedjar dans un mail envoyé mercredi aux salariés de la chaîne, précisant que cette suspension concernait "l'avant et l'après 'débat des primaires LR' du 3 novembre ainsi que la 'nuit américaine'" prévue pour l'élection présidentielle du 8 novembre.

"Ces projets ambitieux demandent l'implication de tous, dans la plus grande sérénité", a expliqué le directeur de la chaîne de Vincent Bolloré.

Les salariés ont déploré cette suspension et "renouvelé" mercredi "leur volonté de dialogue avec la direction pour trouver une issue à la crise", selon un communiqué de la SDJ. Outre le départ de l'antenne de l'animateur vedette Jean-Marc Morandini, mis en examen "pour corruption de mineur aggravée", les salariés de la chaîne du groupe Canal+ réclament une charte éthique, un projet précis et des moyens accrus.

Mélange information et divertissement

Les grévistes attendent une décision du Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), qui devrait statuer jeudi après avoir été alerté par des salariés et des représentants syndicaux de la chaîne. Ils accusent le groupe Canal+ de violer plusieurs obligations prévues dans la convention qu'iTELE a conclue avec le régulateur, notamment en laissant son actionnaire intervenir sur son contenu éditorial et en mélangeant information et divertissement.

Les salariés ont prévu de se rassembler vendredi à 13h devant l'immeuble d'iTELE à Boulogne-Billancourt dans les Hauts-de-Seine, pour marquer également l'anniversaire des 17 ans de la chaîne et les 32 ans de leur maison-mère Canal+.

Magali Rangin avec AFP