BFMTV

France 2 veut ressusciter Le Grand Echiquier, avec Stéphane Bern

Stéphane Bern au Luxembourg en février 2017

Stéphane Bern au Luxembourg en février 2017 - John Thys - AFP

L'animateur Stéphane Bern est pressenti pour prendre les rênes de l'émission culte des années 1970 et 1980, créée par Jacques Chancel.

L'émission a fait les riches heures du service public dans les années 1970 et 1980. Le Grand Echiquier, monument du petit écran, animé de 1972 à 1989 par Jacques Chancel, est de nouveau dans les tuyaux de France 2 et Stéphane Bern est pressenti pour prendre la relève, selon les informations de Ozap.

C'est le Journal du dimanche, qui le premier avait révélé en mai dernier la volonté de Delphine Ernotte présidente de France télévision et de Takis Candilis, patron des programmes, de relancer l'émission culte.

Ce Grand échiquier nouvelle formule devrait, toujours selon les informations d'Ozap, être produit par Troisième Oeil Productions, qui produit C à vous et C l'hebdo. Stéphane Bern, qui anime une émission sur RTL est également en charge du loto du patrimoine. Il présente en outre Secrets d'histoire, sur France 2.

Yves Montand, France Gall ou Ray Charles

Le programme créé par Jacques Chancel, était une émission en direct consacrée à la musique sous toutes ses formes, du classique à la variété. Mais se sont succédé sur le plateau de l'émission, non seulement des chanteurs et des musiciens, mais aussi des acteurs, des auteurs ou des metteurs en scène. Yves Montand, Georges Brassens, Gilbert Bécaud, Joan Baez, Ray Charles, Léo Ferré, Alain Delon, Lino Ventura, France Gall ou encore Bernard-Henri Lévy et même Bernard Hinault ont ainsi pris place face à Jacques Chancel sur le plateau du studio 15 des Buttes Chaumont pour répondre à ses questions ou chanter.

"Le Grand Echiquier, c'était quand même particulier, se souvenait Jacques Chancel en 1993 au micro de Pierre Tchernia, ça durait trois heures, trois heures et demi, quatre heures. Celui de la Comédie française à duré cinq heures et demi. Et tout cela dans le cadre du direct".

M. R.