BFMTV

Face à des huées, Patrick Cohen menace d'arrêter son émission sur France Inter

Patrick Cohen

Patrick Cohen - Lionel Bonaventure - AFP

L'interview de Martin Hirsch dans la matinale de France Inter a bien failli être interrompue en raison des huées incessantes des opposants à la réforme du temps de travail des personnels hospitaliers.

Ce vendredi matin, Patrick Cohen avait décidé de délocaliser sa matinale à l'hôpital européen Georges-Pompidou à Paris, afin d’évoquer le projet de réorganisation du travail dans les hôpitaux. Après la manifestation de jeudi contre le projet de réforme des 35 heures dans le monde hospitalier, les opposants ont tenu à exprimer une nouvelle fois leur mécontentement durant la matinale de France Inter, qui accueillait à 8h20, Martin Hirsch, le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), à l’origine du projet.

"Je crois qu'on a entendu vos slogans!"

L’exercice de l’interview fut donc compliqué pour le matinalier qui a tenté à plusieurs reprises de calmer le jeu: "Ils se font entendre dans le hall aujourd'hui, j'espère que ça ne va pas durer parce qu'on vous entendra tout à l'heure et on entendra la parole des opposants à la réforme et des syndicats dans la deuxième partie de cet entretien", a d’abord commenté Patrick Cohen au micro. Mais alors que le journaliste posait sa première question, les manifestants ont continué de huer Martin Hirsch, rendant l’interview inaudible pour les auditeurs. "Est-ce que vous m'entendez? Est-ce que vous m'entendez? S'il vous plaît! S'il vous plaît!", a alors lancé le journaliste aux manifestants. "Je crois qu'on a entendu vos slogans, on a entendu vos slogans, vous aurez tout à l'heure la parole largement pour un dialogue, pour exposer vos arguments.

"Si vous n'arrêtez pas, on va arrêter l'émission et on ne parlera pas de l'hôpital"

Face aux huées incessantes, Patrick Cohen a haussé le ton, allant jusqu’à menacer d’arrêter l’émission: "Je pense que, vraiment, vous ne gagnez rien à perturber cette émission qu'on espère faire la plus didactique et la plus posée possible. S'il vous plaît! S'il vous plaît! Ecoutez, si vous n'arrêtez pas, on va arrêter l'émission et on ne parlera pas de l'hôpital". Malgré tous ses efforts, le journaliste de France Inter n'est pas parvenu à ramener le calme.